Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire au profit du député LR Guy Teissier – Le Monde

Spread the love
La candidate des Républicains (LR) Martine Vassal lors du second tour des municipales à Marseille, le 28 juin.

Quatre jours après le second tour, l’issue des élections municipales à Marseille paraît toujours plus incertaine. La présidente de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal (Les Républicains, LR), a annoncé jeudi 2 juillet qu’elle se retirait de la course à la succession de Jean-Claude Gaudin. A sa place, LR présentera la candidature du député Guy Teissier.

« J’ai fait le choix de la sagesse, j’ai fait le choix de l’expérience, j’ai fait le choix du consensus », a déclaré lors d’une conférence de presse Mme Vassal, aux côtés de M. Teissier. Dès mardi, M. Teissier avait évoqué la possibilité d’être candidat à la place de Mme Vassal :

« Je serai loyal jusqu’au bout à Martine Vassal, mais je pourrais être un recours si elle décide de ne pas y aller pour des raisons qu’elle a jugées bonnes. »

« J’ai l’expérience, j’ai présidé la communauté urbaine, je suis le plus écologiste avec la fondation du parc national des Calanques, j’ai eu beaucoup de succès électoraux », avait-il plaidé.

Les Républicains ont par ailleurs annoncé jeudi avoir gagné un soutien important. Le candidat dissident LR Bruno Gilles, qui ne voulait pas soutenir Mme Vassal, va apporter ses trois voix à M. Teissier lors de l’élection du maire. Avec ce ralliement, LR compte désormais 41 voix au conseil municipal, soit une voix de moins que le Printemps marseillais. La majorité est de 51 voix sur les 101 conseillers que comptent les huit secteurs de Marseille.

Lire aussi Elections municipales à Marseille : majorité relative de 42 sièges pour Rubirola, contre 39 pour Vassal

Mais le retrait de Mme Vassal ne met pas tout le monde d’accord. L’élu LR Lionel Royer-Perreaut a annoncé, jeudi sur Facebook, sa candidature au poste de maire et son refus de soutenir M. Teissier. « Je sais qu’il y a des ententes en cours avec le Front national, et je ne peux pas m’inscrire dans une stratégie d’alliance avec le Front national », déclare-t-il dans un message vidéo.

L’ex-socialiste Samia Ghali faiseuse de roi

Avec huit conseillers, l’ex-socialiste Samia Ghali, réélue dans son secteur devant le candidat communiste du Printemps marseillais et le Rassemblement national (RN), peut faire basculer l’élection. Très convoitée, la sénatrice, désormais en rupture de ban avec le PS, est restée muette sur ses intentions pour l’instant. « Elle est responsable de ses voix, je vous invite à lui poser la question pour voir ce qu’il se passera », a déclaré à son propos Mme Vassal.

Enfin, neuf membres du nouveau conseil municipal portent les couleurs du RN.

« Les listes que j’ai menées, elles ont bien résisté », a estimé Mme Vassal, jugeant que son camp des « modérés, des humanistes » avait « toute légitimité » pour présenter un candidat à la mairie centrale, malgré son arrivée largement en seconde position dimanche soir. « Notre choix, c’est de ne pas laisser l’ultra-gauche prendre la ville de Marseille », a-t-elle poursuivi, évoquant aussi l’âge de M. Teissier pour justifier le choix de lui passer la main.

Dans le match ultraserré et imprévisible du « troisième tour » pour la mairie de Marseille, le nouveau candidat LR, 75 ans, pourrait avoir un autre atout : son âge. En cas d’égalité lors du vote devant le conseil municipal, c’est le doyen des candidats qui l’emporte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après le second tour, Samia Ghali devient l’arbitre de l’élection municipale à Marseille

Le Monde

Leave a Reply