Mort du général Soleimani: les habits de guerre de Trump au Moyen-Orient – Le Figaro

Spread the love

DÉCRYPTAGE – Le président américain pouvait-il se passer de toute autorisation parlementaire pour ordonner ce qui s’apparente à un acte de guerre?

Par Maurin Picard

En décidant de tuer le haut responsable iranien Qassem Soleimani, Donald Trump a provoqué un tremblement de terre aux conséquences gravissimes au Moyen-Orient.
En décidant de tuer le haut responsable iranien Qassem Soleimani, Donald Trump a provoqué un tremblement de terre aux conséquences gravissimes au Moyen-Orient. SAUL LOEB/AFP

Derrière le velléitaire, le maître de guerre. Donald Trump, ce président isolationniste longtemps cerné de conseillers va-t’en-guerre, a fini par oser. Oser s’attaquer au pouvoir iranien, en éliminant son ubiquiste général en chef, Qassem Soleimani.

Ce changement de paradigme à la Maison-Blanche n’est pas une mince surprise, malgré les discours belliqueux de Trump envers l’Iran. Le 20 juin 2019, il avait subitement annulé les frappes aériennes prévues contre les infrastructures de défense iraniennes, après la destruction d’un drone américain dans le Golfe persique le matin même. Il ne cessait alors d’appeler à la renégociation d’un nouvel accord nucléaire, après celui dénoncé. Une rencontre avec le président iranien Hassan Rohani n’avait pu se faire à New York en septembre suivant, malgré les efforts de leur homologue français, Emmanuel Macron.

Riposte attendue après la mort d’un contractant américain sur une base militaire près de Kirkouk (nord) le 27 décembre et l’assaut en règle contre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.


Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Leave a Reply