Mort de Valéry Giscard d’Estaing : La France en deuil ce mercredi – 20 Minutes

Spread the love
Hommage à Valéry Giscard d’Estaing à l’Assemblée nationale, le 8 décembre 2020. — Lionel Urman/Sipa USA/SIPA

La France est en deuil ce mercredi pour rendre hommage à son ancien président. Livre d’or au musée d’Orsay, drapeaux en berne : le pays s’apprête à saluer sobrement la mémoire de Valéry Giscard d’Estaing, décédé le 2 décembre. A l’occasion de cette journée de deuil national, une minute de silence sera organisée à midi dans plusieurs institutions et les drapeaux des bâtiments officiels seront mis en berne.

« VGE », qui présida la France le temps d’un seul mandat, de 1974 à 1981, est décédé à l’âge de 94 ans des suites du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d’Authon, petit village du Loir-et-Cher où il a été enterré samedi dans la plus stricte intimité familiale. L’ancien président n’avait pas souhaité d’hommage national, contrairement à celui qui avait été organisé pour Jacques Chirac en septembre 2019.

Une passion pour le projet européen

Emmanuel Macron, qui avait décrété une journée de deuil national en l’honneur de cette « figure centrale de l’histoire de notre République », saluée par tous comme un modernisateur et un Européen convaincu, recevra sa famille à l’Elysée dans l’après-midi. Le musée d’Orsay à Paris, créé en 1977 à l’initiative de VGE, et fermé actuellement pour cause de crise sanitaire, sera exceptionnellement ouvert et un Livre d’or sera mis à disposition.

La famille du défunt président se rendra au musée, ainsi que le Premier ministre Jean Castex, qui échangera avec elle. Des membres du gouvernement, les présidents des deux chambres, Richard Ferrand pour l’Assemblée, et Gérard Larcher pour le Sénat, ainsi que le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius sont également attendus au musée.

Des actions dans les écoles

D’autres registres seront ouverts en France à l’initiative des préfets et des maires. Les enseignants qui le souhaitent pourront également consacrer un moment pour évoquer la mémoire de Giscard. Le bureau de l’Assemblée nationale devrait de son côté proposer qu’une « plaque commémorative » soit apposée dans l’hémicycle, comme celle dévoilée le 23 septembre pour l’ancien président Jacques Chirac.

7 partages

Leave a Reply