Mort de Soleimani: solidaire des États-Unis, Israël craint des représailles – Le Figaro

Spread the love

L’assassinat du chef iranien des gardiens de la révolution sème le trouble en Israël. L’État hébreux craint un cycle de représailles.

Les troupes et les blindés israéliens étaient en alerte, vendredi, sur plateau du Golan, à la frontière de la Syrie et du Liban.
Les troupes et les blindés israéliens étaient en alerte, vendredi, sur plateau du Golan, à la frontière de la Syrie et du Liban. JALAA MAREY/AFP

Les Israéliens en rêvaient, Donald Trump l’a fait. L’assassinat ciblé du général Qassem Soleimani, chef iranien des gardiens de la révolution et homme fort de la politique perse au Moyen-Orient, sème le trouble en Israël. Depuis de nombreux mois, les services de renseignements locaux avaient imaginé des scénarios d’élimination de leur principal ennemi présumé, dont ils suivaient les déplacements, tout en hésitant sur la conduite à tenir. La crainte était de voir s’ouvrir, en cas de raid contre lui, un cycle de représailles via des tirs de missiles du Hezbollah libanais ou de groupes palestiniens pouvant mettre en cause la vie de civils israéliens et la stabilité de la région. Le pas a été franchi.

Le ministre israélien de la Défense, Naftali Bennett, considéré comme un dur d’un régime affaibli par l’instabilité politique, a convoqué les haut gradés de l’armée, dont le chef d’état-major Aviv Kochavi et les hauts responsables de la sécurité, pour une évaluation de la sécurité, ce vendredi.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.


Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Leave a Reply