Mort de George Floyd : Le chef de la police de Minneapolis accable Derek Chauvin – 20 Minutes

Spread the love
Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo, lors du procès de Derek Chauvin le 5 avril 2021. — /AP/SIPA

C’est un témoignage qui a fait passer un très mauvais moment à la défense au procès de la mort de George Floyd. Le chef des forces de l’ordre de Minneapolis a accablé lundi son ancien agent Derek Chauvin, en déclarant qu’il avait « violé les règles » de la police lors de l’interpellation controversée.

Selon Medaria Arradondo, s’agenouiller sur le cou de George Floyd « pouvait être raisonnable dans les premières secondes pour le contrôler, mais pas après qu’il eut cessé d’exercer une résistance, et surtout pas après qu’il se fut évanoui ». Et pour donner encore plus de poids à ses déclarations, le chef de la police est venu témoigner en uniforme au sixième jour de ce procès hors-norme.

« Un meurtre »

« Cela ne fait pas partie de notre politique, de notre formation et n’est certainement pas conforme à notre éthique, à nos valeurs », a asséné cet homme de 54 ans, qui dirige depuis trois ans la police de la métropole du nord des Etats-Unis.

Pour maîtriser George Floyd le 25 mai, Derek Chauvin s’était agenouillé sur son cou et avait maintenu sa pression pendant près de dix minutes. Face au tollé mondial, Medaria Arradondo avait rapidement licencié ces agents, tout en critiquant fermement leur action. « La mort tragique de George Floyd n’était pas due à un problème de formation (…) C’était un meurtre », avait-il écrit dans un communiqué début juin.

Lundi, son attaque fut encore plus indirecte. Il a d’abord insisté sur l’importance pour les quelque 700 agents en service à Minneapolis de faire preuve de « compassion et dignité ». Il a ensuite souligné que l’usage de la force devait être réservé aux crimes violents et que les faits reprochés le 25 mai n’entraient pas dans cette catégorie. Il a aussi reproché à Derek Chauvin de ne pas avoir « réévalué » l’état de santé de George Floyd au cours de son intervention. Pour toutes ces raisons, il « nie avec véhémence qu’il y ait eu un usage approprié de la force dans cette situation ».

Chauvin lâché par l’Académie de police

L’avocat de Derek Chauvin, Eric Nelson, a toutefois arraché une concession à Medaria Arrandondo. Sur une image captée à l’arrivée d’une ambulance, il a reconnu que Derek Chauvin n’avait plus son genou sur le cou, mais sur l’épaule de George Floyd. Me Nelson continue donc de soutenir que son client n’a pas causé la mort du quadragénaire et que celui-ci est mort d’une overdose. Il s’appuie sur la présence de fentanyl et de méthamphétamine, découverte lors de l’autopsie de George Floyd qui identifie toutefois la « compression du cou » comme cause du décès.

L’ancienne responsable de l’Académie de police de Minneapolis, Katie Blackwell, a elle aussi porté un coup à la défense. Appelée à commenter une photo du drame, où l’on voit Derek Chauvin à genou sur le cou de George Floyd, elle a déclaré, lapidaire : « Je ne sais pas quel genre de position il a improvisé, mais ce n’est pas quelque chose que nous enseignons ». L’audience va reprendre ce mardi et devrait encore durer deux ou trois semaines.

9 partages

Leave a Reply