Le groupe terroriste État islamique a fini par reconnaître jeudi 31 octobre la mort de son chef Abou Bakr Al-Baghdadi, et ce quatre jours après l’annonce de Donald Trump. Le calife autoproclamé a donc bien péri lors de l’assaut des forces spéciales américaines sur le nord de la Syrie, et dans la foulée, le nom d’un successeur a été annoncé. “Nous pleurons le commandeur des croyants Abou Bakr Al-Baghdadi“, a annoncé Daech dans un communiqué. Le commandement sera désormais assuré par Abou Ibrahim Al-Hachimi Al-Qourachi, mais aucune infirmation ni photo n’ont été publiées à son propos.  

Le même jour, les États-Unis ont déclassifié les images de l’attaque qui a coûté la vie d’Al-Baghdadi. Sur la minute d’images fournies, on voit des combattants jihadistes tirer sur les hélicoptères américains, la riposte sera immédiate et d’envergure. Ensuite, les forces spéciales se sont approchées de la maison où se trouvait alors Al-Baghdadi, qui n’apparait à aucun moment sur les images. Par ailleurs, l’armée américaine n’a pas confirmé les propos de Donald Trump, qui avait assuré que le chef terroriste “gémissait, criait et pleurait” avant de mourir. Les autorités ont seulement précisé que l’ex-chef de Daech est mort dans un trou, avec deux enfants, en se faisant exploser.

Le JT

Les autres sujets du JT

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply