Montagne. « C’est toute la montagne et ses habitants qu’on met à genoux » – Le Dauphiné Libéré

Spread the love

Alexandre Maulin : « Soit on ouvre le 30, soit c’est l’année noire »

Pour le président de Domaines skiables de France Alexandre Maulin, le gouvernement ne peut plus reporter la décision sur l’ouverture des remontées mécaniques. Interview.

Comment réagissez-vous à la non-ouverture des remontées mécaniques, qui semble de plus en plus inéluctable ?

Ces signes avant-coureurs permanents m’énervent. A chaque fois, on a l’impression, qu’en distillant de petits bruits, on cherche à nous préparer à quelque chose. Si le Premier ministre veut la fermeture, qu’il vienne l’annoncer lui-même. On nous infantilise de manière permanente, et c’est intolérable.

Quelle est la décision que vous attendez ?

C’est très simple. Soit nous pouvons ouvrir les remontées mécaniques le 30 janvier, soit c’est tout la saison qui est fichue. Ont-ils compris, au gouvernement ? Ils réfléchissent peut-être à reporter encore une fois, alors que ça n’est pas possible. Avec une ouverture le 30, on peut sauver ce qui reste, sinon c’est une saison blanche, ce qui veut dire une année noire pour toute l’économie de la montagne. Car les clients ne commenceront à réserver que si les remontées fonctionnent.

Un nouveau report d’une semaine est-il envisageable ?

Non. Il faut nous donner les clés pour sauver la saison maintenant. Il n’y a plus d’entre-deux possible.

En cas de non-ouverture, avez-vous une visibilité sur d’éventuelles indemnisations ?

On ne veut pas réfléchir à ça pour l’instant. Mais s’il y a année noire, il faudra que l’Etat indemnise à hauteur des conséquences pour notre modèle économique. C’est la survie de la montagne qui est en jeu.

<

p class=”question”>Des secteurs risquent de perdre plus qu’une année de chiffre d’affaires, de ne pas se relever ?

Oui. Essentiellement l’hébergement, qui est basé sur un équilibre très fragile. S’il n’y a pas de recettes cette année, des hébergeurs risquent de ne plus être là la saison prochaine. 

Propos recueillis par Frédéric THIERS

Leave a Reply