Mobilisation contre la réforme des retraites : Edouard Philippe joue la fermeté – Le Monde

Spread the love

Edouard Philippe sort les poings. Alors que se profile le « mur de Noël », avec la menace d’une paralysie des transports publics pendant les fêtes de fin d’année en raison de la mobilisation contre la réforme des retraites, le premier ministre affiche sa détermination. Et poursuit son bras de fer avec les syndicats, qui ont mobilisé des centaines de milliers de personnes dans la rue, mardi 17 décembre. « Lorsqu’on s’attaque à un tel sujet, on se heurte à un certain nombre d’oppositions, a reconnu M. Philippe, mardi, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Mais nous avons dit clairement quel était notre projet. Et sur la création d’un régime universel de retraites, ma détermination, celle du gouvernement, celle de l’ensemble de la majorité, est totale. Sur la création de ce régime universel et sur la nécessité de faire prévaloir l’équilibre du système futur et la remise à l’équilibre du système actuel. » Un point financier crucial, puisqu’il a fait basculer la CFDT dans l’opposition au projet de réforme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : pourquoi Emmanuel Macron reste en retrait

Dans un entretien à La Croix, mardi, son secrétaire général, Laurent Berger, demandait au gouvernement de renoncer à l’instauration d’un âge pivot de 64 ans et suggérait que la « future gouvernance paritaire » du régime universel, entre syndicats et patronat, fasse « d’ici un an des propositions de retour à l’équilibre à court, moyen et long terme ». Un chemin sur lequel l’exécutif ne semble pas prêt à s’engager. « Nous avons besoin d’un filet de sécurité, qui est gage de crédibilité », estime une ministre, défendant l’inscription dans la loi de la perspective de l’âge pivot à 64 ans.

« La notion d’équilibre donne du sens, elle garantit aux Français que les pensions ne baisseront pas », avance-t-on par ailleurs à Matignon. Selon l’exécutif, les discussions entre le premier ministre et les partenaires sociaux, prévues mercredi et jeudi, ont vocation à évoquer des questions comme la pénibilité, le minimum contributif… et l’équilibre financier du système. « A ce stade, les seuls qui ont bougé, c’est nous. En disant que nous donnons un peu plus de temps sur le retour à l’équilibre », a estimé M. Philippe lors de la réunion du groupe des députés La République en marche (LRM), mardi matin.

« Rapport de force à l’ancienne »

Cette détermination affichée commence à inquiéter ou agacer certains au sein de l’exécutif. « Le premier ministre joue l’opinion de droite », souligne un membre du gouvernement, quand un autre prône de « sortir » la question de l’âge pivot du projet de réforme. « Il ne faut pas que ça devienne émotionnel. Je ne comprendrais pas qu’on essaye de faire une réforme contre les syndicats réformistes », estime ce ministre. « Etre de droite, ce n’est pas que le contrôle des finances, c’est aussi l’ordre ! », tempête pour sa part un conseiller ministériel, agacé par les images de grève et de blocages.

Leave a Reply