Migration des entreprises vers le cloud : qu’est-ce qui bloque la révolution ?

Spread the love
Migration des entreprises vers le cloud : qu’est-ce qui bloque la révolution ?

la réponse aux applications, données et utilisateurs distribués est le cloud, la question est comment construire des réseaux dans le cloud ? C’est ce problème qui bloque actuellement les programmes de transformation digitale.

La migration ne consiste pas juste à tout rassembler et à transférer les logiciels du data center de l’entreprise au cloud : les applications doivent être natives du cloud, capables de profiter des fonctions sous-jacentes de chaque cloud, et l’environnement de chaque fournisseur de cloud public est différent.

Mais ni le développement de l’infrastructure cloud, ni le rythme du déploiement des logiciels d’entreprise n’expliquent pleinement pourquoi la révolution a été lente à démarrer, ou pourquoi cette situation est sur le point de changer radicalement.
La pièce du puzzle qui manquait, jusqu’à maintenant, était le réseau.

Un article récent de Gartner explore la catégorie émergente qu’est la gestion de réseau cloud. C’est cette technologie, ou plutôt son absence, selon Gartner, qui a bloqué le progrès.

publicité

Multiplication par cinq de l’intérêt dans la gestion de réseau cloud au cours des 12 derniers mois

Dans une enquête auprès de plus de 400 CIO et autres responsables informatiques d’un échantillon représentatif d’entreprises, Gartner a constaté une multiplication par cinq de l’intérêt dans la gestion de réseau cloud au cours des 12 derniers mois, due à trois facteurs :

  • Les capacités de gestion de réseau natives des fournisseurs de cloud public sont insuffisantes pour certaines charges de production des entreprises ;
  • Les routeurs et dispositifs virtuels offerts par les fournisseurs en place ne répondent souvent pas aux besoins des équipes cloud et DevOps, en particulier concernant la programmabilité, l’intégration ou la gestion des licences ;
  • Les fonctions de gestion de réseau et les approches d’exploitation varient grandement entre les fournisseurs de cloud public, ce qui entraîne des difficultés de gestion, en particulier dans les déploiements multi-cloud.

Les constatations de Gartner font écho aux messages qu’Alkira a envoyés durant les trois ans qui sont suivi sa formation dans le sillage de l’acquisition de notre précédente entreprise, le pionnier du SD-WAN Viptela, par Cisco.
Notre conviction alors, que rejoint Gartner aujourd’hui, était que les approches conventionnelles de la gestion de réseau ne suffisent plus à l’ère du cloud.

MPLS, Internet (IPSec/VPN) et le SD-WAN

Comme exprimé dans le Gartner’s Market Guide for Cloud Networking Software : « Un marché est en train d’émerger pour répondre aux problèmes de gestion de réseau “à l’intérieur du cloud” et multi-cloud, car il y a des manques importants chez les fournisseurs existants ».

L’histoire récente du réseau WAN a été dominée par trois approches fondamentales : le MPLS, Internet (IPSec/VPN) et le SD-WAN. Aucune d’elles ne fait tout ce que doit offrir un réseau cloud.

Le MPLS est une technologie de gestion de réseau mature qui est sur le déclin. Les connexions MPLS sont généralement coûteuses et la mise à disposition de capacité est lente.

Les connexions Internet ont joué un rôle croissant dans les stratégies de réseau des entreprises, offrant une alternative économique au MPLS, sans toutefois les garanties de performance. Les VPN ont fourni des connexions sécurisées et aidé à répondre aux besoins du personnel mobile ; toutefois, ils sont peu extensibles et complexes à gérer. Même si les entreprises ont été contentes d’échanger les certitudes mais l’absence de souplesse du MPLS contre le faible coût et la disponibilité immédiate des connexions haut débit, au final elles désirent une fiabilité et des performances garanties, des SLA qu’Internet n’offrira jamais.

Pourquoi l’émergence du SD-WAN ?

C’est pour combler ce manque qu’a émergé le SD-WAN. 

Apparu au début des années 2010, il surmonte beaucoup des limitations du MPLS. L’un de ses principaux avantages est son indépendance du transport, qui permet aux organisations de mixer des circuits MPLS et Internet ou éventuellement de remplacer tous leurs circuits MPLS et réaliser des économies substantielles.

Le SD-WAN a permis aux entreprises d’implémenter un accès Internet direct (DIA) au niveau de leurs filiales, ce qui a amélioré les performances des applications SaaS en éliminant le retour du trafic au data center. La baisse résultante du trafic sur les circuits WAN a permis un plus haut débit au niveau des têtes de réseau du data center et finalement une meilleure expérience utilisateur pour les applications de data center.

Le SD-WAN a permis une meilleure gestion du trafic et incorporé une intelligence consciente des applications pour permettre au réseau de différencier les applications à haute et faible priorité, et de les router en fonction des performances des circuits sous-jacents.

Toutefois, si le SD-WAN améliorait l’accès aux services cloud pour les réseaux des filiales par rapport au MPLS, sa prise en charge des concepts natifs au cloud restait rudimentaire.

Le SD-WAN amène généralement le réseau à la périphérie du cloud, laissant aux entreprises un travail d’intégration supplémentaire, comme le routage natif au cloud, la connectivité de transit et le déploiement de services de sécurité avec état (par exemple des pare-feu de nouvelle génération). 

En d’autres termes, le SD-WAN vous amène jusqu’au cloud, mais pas, pour reprendre la formulation de Gartner, “à l’intérieur du cloud”.

Est-il possible de faire fonctionner le SD-WAN et le cloud ?

Il est possible de faire fonctionner le SD-WAN avec le cloud, mais cela a un coût. Les fournisseurs proposent des passerelles cloud et d’autres intégrations au coup par coup. Des approches maison permettent également d’équiper les bretelles d’accès au cloud de la sécurité, des services d’annuaire et des fonctions de gestion dont l’organisation a besoin. Mais c’est un processus qui nécessite de relier les ressources manuellement, par exemple pour respecter la politique de sécurité de l’entreprise. L’un de nos clients, Koch Industries, a dépensé des millions de dollars et passé presque deux ans à intégrer ses bretelles d’accès SD-WAN avec AWS. Lorsqu’il a voulu transférer des charges de travail sur Azure et a vu qu’il devait faire face à un parcours similaire pour la migration et l’intégration, il a réalisé qu’il était temps de réfléchir à deux fois.

De nombreuses autres entreprises sont confrontées à des problèmes similaires : un travail long et complexe de développement et d’intégration pour mettre le cloud en réseau, une série longue et difficile d’étapes successives promettant plus de complexité et de casse-têtes de gestion dans le futur.

La révolution des voitures électriques n’est pas due à des petites modifications successives du moteur à combustion interne par les constructeurs de véhicules à essence et diesel, mais à Tesla qui a franchi le pas vers des véhicules entièrement électriques. La gestion de réseau cloud appelle une révolution similaire.

La prochaine génération de WAN sera virtualisée

D’après ces besoins, nous pouvons prédire que la prochaine génération de WAN sera virtualisée, extensible dynamiquement, consommée en tant que service et construite dans le cloud, c’est-à-dire capable d’accéder à des fonctions natives du cloud pour insérer et gérer des services de plus haut niveau comme des pare-feu. Elle pourra fonctionner avec plusieurs clouds et intégrera les anciens systèmes et réseaux existants, y compris les data centers d’entreprise et les structures SD-WAN d’aujourd’hui, et elle offrira une visibilité, une sécurité et une gérabilité de bout en bout.

Selon Gartner, seulement 20 % des charges de travail d’entreprise ont été déployés dans des services d’infrastructure et de plateforme cloud en 2020. Avec l’arrivée de logiciels de gestion de réseau cloud ouvrant la porte à un déploiement plus large, nous sommes sur le point de connaître une accélération rapide de la migration. Gartner prévoit que d’ici 2023, le volume des charges de travail d’entreprise dans le cloud aura doublé pour atteindre 40 %.

La gestion de réseau cloud, technologie manquante qui bloquait la révolution du cloud, va maintenant la stimuler.

Leave a Reply