Meurtre d’Alexia Daval : la personnalité de Jonathann Daval passée au crible par les experts – Midi Libre

Spread the love

Ce jeudi 19 novembre, le procès de Jonathann Daval, accusé du meurtre de sa compagne Alexia doit reprendre. La veille, il a été victime d’un malaise et doit être examiné juste avant la reprise de l’audience, pour affirmer que son état de santé lui permet de suivre le procès.

10 h 30 : les trois mécanismes chez Jonathann Daval

“Il développe trois mécanismes” dit le psychologue. “1: le déni. il se persuade que le personnage qu’il s’est construit n’aurait pas pu tuer sa femme” #Daval

— corinne audouin (@cocale) November 19, 2020

Selon le psychologue, cité par la journaliste de France Inter Corinne Audouin, Jonathann Daval a développé trois “mécanismes”. Tout d’abord, le déni : “il se persuade que le personnage qu’il s’est construit n’aurait pas pu tuer sa femme”. Ensuite, la projection : “c’est pas moi, c’est un autre, il désigne un complice, puis son beau frère”. Enfin, le clivage : “deux personnalités coexistent chez Jonathann Daval sans jamais se rencontrer. Une personne qu’il donne à montrer, comme il faut; travaille, aime sa femme, achète une maison, veut un enfant.”

9 h 30 : les experts psychiatriques s’expriment

Plusieurs experts doivent être entendus tout au long de la matinée pour évoquer la personnalité de Jonathann Daval. Cela reporte donc à cet après-midi la poursuite de l’interrogatoire de l’accusé. Concernant le déroulé du procès, ce vendredi matin, seront auditionnés les témoins, qui devaient être initialement entendus ce jeudi après-midi.

Les experts se succèdent en visio, pour évoquer la personnalité complexe de Jonathann Daval. Le psychologue Tony Arpin a ouvert le bal. Il avait déjà analysé Jonathann Daval en 2018 et remonte à l’adolescence de l’accusé. Il développe à cette période-là des “toc” notamment liés à la propreté. Il rencontre Alexia à l’âge de 21 ans, elle en a 17 et Jonathann s’étonne qu’elle s’intéresse à lui.

Le psychologue le décrit comme “quelqu’un de fluet, timide, réservé, tête baissée, qui du mal à le regarder.” “Il est au bord des larmes, mais se veut coopérant. Il se soumet à tous les tests à condition qu’on le laisse voir son frère”, rapporte France 3 Bourgogne Franche-Comté.

9 h 00 :  L’audience va pouvoir reprendre

Les médecins ont examiné Jonathann Daval, au lendemain de son malaise. Ils ont ainsi, aux alentours de 8 h 30, donné leur feu vert à la reprise de l’audience a indiqué l’avocat général. C’est le 4e jour du procès du compagnon d’Alexia Daval, retrouvée morte il y a trois ans. 

Ce jeudi 19 novembre, la famille attend des explications de la part de leur gendre, qui a formulé des excuses la veille avant de faire un malaise et d’être hospitalisé. 

Lire aussi – Procès de Jonathann Daval : “une fuite en avant de l’accusé depuis son mariage” pour la sœur d’Alexia

Une troisième journée éprouvante

Le troisième jour du procès a été marqué par plusieurs moments forts. Les excuses de Jonathann Daval, adressées à la famille : “Je voudrais d’abord, c’est peut-être pas le mot adapté, présenter des excuses mais ce n’est pas excusable”, a lâché l’accusé. “Je leur ai enlevé leur fille, je leur ai menti, l’histoire du complot a aussi détruit votre vie. J’ai menti à ma famille, aux gendarmes, aux médias, à la France. Ce n’est pas pardonnable”.

Il a également dû revenir sur la soirée du crime : il a expliqué le rapport sexuel qu’il refuse à sa compagne et la dispute qui s’engage alors qu’il décide de quitter la maison conjugale. “Elle s’est terminée dans les escaliers où je l’ai frappée, étranglée”. Après un long silence, il poursuit et énumère “Avoir mis son corps dans le véhicule, être parti le matin, l’emmener dans un bois et mettre le feu au corps, me faire un alibi, mentir à tout le monde”. 

Enfin, pressé de questions, Jonathann Daval va finir par faire un malaise dans le box des accusés, ce qui entraînera la suspension définitive de la séance. 

 

Leave a Reply