Meta se dit prêt à recueillir un consentement sur la publicité ciblée

Meta se dit prêt à recueillir un consentement sur la publicité ciblée

La gestion des données personnelles et de la régulation associée reste une problématique d’actualité pour Meta, malgré les promesses réitérées de ses dirigeants concernant l’adoption de pratiques plus conformes.

En janvier, le Gafam écopait de 390 millions d’euros d’amende pour non respect du RGPD – et Apple de 8 millions. En cause : le recours à de la publicité ciblée auprès des utilisateurs de ses services sans recueil préalable du consentement.

publicité

Vers un véritable recueil du consentement

Mais si Meta tarde autant à se mettre en règle, plusieurs années après l’entrée en vigueur du règlement européen, c’est en raison des risques financiers que fait courir sur son modèle le respect du consentement.

La firme risque cependant de voir s’alourdir la facture réglementaire faute d’agir. Celle-ci proposerait donc, rapporte le Wall Street Journal, de repenser son système de recueil du consentement afin de collecter une autorisation conforme de ses utilisateurs.

Sur la publicité ciblée, définie en fonction des interactions avec les applications de l’entreprise, dont les vidéos et les messages consultés, Meta se dirait prêt – après avoir épuisé les recours – à la mise en œuvre de son nouveau dispositif à partir de la fin octobre.

Le géant de la publicité irait ainsi bien au-delà de ces dernières concessions. Depuis avril, Meta permet aux utilisateurs européens de demander à être exclus des publicités ciblées. Ceux-ci doivent toutefois passer par un long formulaire sur ses pages d’aide.

Meta demande un délai d’au moins 3 mois

La procédure complexe peut être soupçonnée de viser justement à limiter autant que possible le refus de la publicité ciblée. Toutefois, elle ne répond pas pleinement aux exigences fixées par le RGPD en termes de recueil du consentement.

La collecte d’un consentement explicite constitue cependant un risque pour Meta sur le plan commercial. Or l’Europe représente un marché majeur pour l’acteur du numérique. Au 2e trimestre, celle-ci a généré 23% de ses revenus publicitaires.

L’entreprise américaine s’efforcera donc sans doute de définir un processus le moins défavorable possible à ses intérêts financiers. Selon des sources du WSJ, Meta aurait demandé au moins trois mois pour implémenter son nouveau système de recueil du consentement. Un délai justifié par la complexité d’une telle évolution.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *