Méditerranée: l’Europe peut-elle éviter un affrontement entre la Grèce et la Turquie? – Le Figaro

Spread the love

Réservé aux abonnés

DÉCRYPTAGE – Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères sera consacrée vendredi aux visées d’Ankara.

Par Leonor Hubaut

Athènes exige une réaction de l’Union européenne, après le déploiement par Ankara d’un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans le sud-est de la mer Égée.
Athènes exige une réaction de l’Union européenne, après le déploiement par Ankara d’un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans le sud-est de la mer Égée. HANDOUT/AFP

Cela faisait des mois que la Grèce et Chypre demandaient aux Européens de prendre la mesure du conflit territorial qui les oppose à la Turquie en Méditerranée orientale. Excédée par les derniers événements, Athènes exige désormais une réaction nette de l’Union européenne, après le déploiement par Ankara d’un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans le sud-est de la mer Égée, une zone disputée et riche en gisements gaziers. Dans l’urgence, les ministres européens des Affaires étrangères des Vingt-Sept se réuniront vendredi par vidéoconférence.

L’apaisement obtenu fin juillet par Angela Merkel est déjà aux oubliettes, et chacun place ses pions au large de la Grèce. Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, avertit qu’«il n’y aura aucune tolérance à l’égard des tentatives turques». Ces développements «extrêmement préoccupants» ont poussé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, à convoquer les États membres.

Que faut-il attendre de cette

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.


Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

Annulable à tout moment

Leave a Reply