Marseille : trois hommes tués sur fond de trafic de drogue – Le Monde

Spread the love

Quatre jours après la mort d’un adolescent près d’un point de vente de drogue à Marseille, trois hommes ont été tués dans de probables règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants dans la nuit de samedi 21 à dimanche 22 août.

Vers minuit, deux hommes de 25 et 26 ans ont été abattus de plusieurs balles de calibre 9 mm et de fusil d’assaut dans la cité de La Marine bleue, dans le 14e arrondissement, un des plus pauvres de Marseille, ont rapporté des sources proches de l’enquête.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A 12 ou 13 ans, ils sont déjà guetteurs ou « charbonneurs » dans les réseaux de drogues de Marseille

Modes opératoires du banditisme marseillais

Les deux hommes « ont été pris pour cible par plusieurs personnes circulant à bord d’au moins deux véhicules », a déclaré la procureure de Marseille, Dominique Laurens, dans un communiqué. « Des armes susceptibles d’avoir été utilisées pour la commission des faits » ont été découvertes à l’intérieur d’un véhicule incendié dans un quartier à proximité. Connues des services de police, mais jamais condamnées, les victimes devaient toutes deux comparaître prochainement, l’une d’elles pour des « infractions à la législation sur les stupéfiants », a précisé la procureure.

Vers 1 heure du matin, dans le 4e arrondissement, au centre de la ville cette fois-ci, la police a reçu des appels au sujet de tirs d’armes à feu et d’une personne emmenée de force dans un véhicule, a rapporté une source proche de l’enquête confirmée par le parquet. Peu de temps après, selon les mêmes sources, un véhicule en feu, « susceptible d’être celui utilisé par les auteurs, était découvert à environ 1,5 kilomètre », dans le 13e arrondissement, avec la présence d’un corps calciné dans son coffre – un mode opératoire régulièrement employé dans les règlements de compte au sein du banditisme marseillais. Il est « probable » que le corps en partie carbonisé découvert soit celui de la personne enlevée, a reconnu le parquet. La victime de l’enlèvement, âgée de 27 ans, était connue des services de police et a déjà été condamnée à douze reprises, selon la procureure. « Pour l’heure il n’y a pas de liens établis » entre les deux faits, a-t-elle cependant souligné.

« S’il est trop tôt pour déterminer les motivations des auteurs de cet acte, ce nouvel épisode de violence n’entame pas la détermination des services de l’Etat à lutter sans relâche contre les trafics et la circulation des armes et à mettre tous les moyens pour retrouver les auteurs de ces homicides », a réagi la préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri. La police judiciaire enquête notamment pour « assassinat en bande organisée » dans le cadre des deux premiers homicides et pour « enlèvement et homicide en bande organisée » dans le cadre du troisième.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, une nouvelle stratégie du « pilonnage » face au trafic de drogue

Déjà onze morts dans des règlements de compte en 2021

Le 18 août, un adolescent de 14 ans a été tué au fusil d’assaut à l’entrée de la cité des Marronniers, dans le 14e arrondissement, près d’un point de vente de drogue, un autre du même âge blessé et un enfant de huit ans légèrement blessé.

« Les enquêtes judiciaires sont en cours, mais a priori il apparaît assez évident que la guerre des territoires pour récupérer des points de deal [de drogue] rémunérateurs est sans doute une des raisons de ces attaques à main armée », qui se sont multipliées dans le département des Bouches-du-Rhône ces derniers mois, même si elles baissent depuis une dizaine d’années, avait alors souligné le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

Onze personnes sont officiellement mortes cette année dans des règlements de comptes, selon un décompte communiqué le 14 août par la préfecture de police. Entre fin juin et début juillet, cinq hommes ont été tués par balles. « Il y a des périodes de calme puis des flambées qui peuvent surprendre, le monde du banditisme n’est pas stagnant », avait souligné à l’époque le directeur de la zone Sud de la police judiciaire, Eric Arella, rappelant l’année 2014 avec six mois sans règlement de comptes et un bilan annuel final de 23 « réglos ». En 2016, 29 personnes sont mortes dans des règlements de compte à Marseille, un record depuis trente ans.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, les règlements de compte sur fond de trafic de drogue se multiplient

Le Monde avec AFP

Leave a Reply