Manifestation anti-pass sanitaire à Toulouse : 2500 manifestants, neuf interpellations – LaDepeche.fr

Spread the love

l’essentiel Près de 2500 manifestants ont protesté contre l’extension du pass sanitaire, ce samedi 31 juillet, à Toulouse. Neuf personnes ont été interpellées pour port d’armes, dégradations, outrages et jets de projectiles.

Sous un ciel gris, les voix se sont de nouveau élevées. Ce samedi, près de 2500 manifestants (selon la police) ont dénoncé l’extension du pass sanitaire pour la cinquième fois à Toulouse. Un nombre moins important que celui de la semaine dernière.« Les rassemblements revendicatifs non déclarés sont (sans surprise) interdits le samedi 31 juillet et le dimanche 1er août » dans l’hypercentre de Toulouse, avait rappelé la préfecture de la Haute-Garonne cette semaine.

A lire aussi : REPLAY. Anti-pass sanitaire : 204 090 manifestants en France, des milliers en Occitanie, huit arrestations à Toulouse

Malgré l’interdiction, les anti-pass sanitaire se sont donnés rendez-vous à la sortie du métro Jean-Jaurès à 14 heures. Un homme a été interpellé en possession d’une arme de poing, de deux chargeurs pleins et d’un couteau, en marge de la mobilisation, où il comptait «vraisemblablement » se rendre.

« Le pass sanitaire, on n’en veut pas ».

Quelques minutes avant que le cortège n’emprunte le boulevard d’Arcole en direction d’Arnaud-Bernard, mégaphone à la main, certains manifestants enthousiasmaient la foule à coups de slogans.« Liberté, liberté, liberté… » ou encore « Le pass sanitaire, on n’en veut pas » étaient scandés.

Bertrand, la trentaine, a participé à tous les rassemblements anti-pass sanitaire.« Je considère que c’est la porte ouverte à d’autres dérives du gouvernement. Demain, on ne pourra plus aller quelque part car on est trop vieux ou autre », dénonce-t-il. Le Toulousain considère que le vaccin – qui a d’ailleurs fait naître des débats houleux entre les manifestants pendant le rassemblement – n’est « pas digne de confiance ». « Je peux comprendre que ceux qui ont des comorbidités l’ai fait », souffle-t-il.

Des heurts entre la police et des manifestants

Aux alentours de 15 heures, le cortège était à hauteur du rond-point d’Arnaud-Bernard. Une dizaine de minutes plus tard, il s’est dirigé vers le boulevard Lascrosse avant de faire demi-tour en direction de la préfecture sous une forte pluie. Les forces de l’ordre bloquaient l’accès. Des heurts ont éclaté entre les manifestants et les policiers à 16 heures.

Les forces de l’ordre, victimes de jets de bouteilles en verre, ont usé de gaz lacrymogène. Des tensions entre antifascistes et militants d’extrême droite ont également viré au pugilat. La police a procédé à neuf interpellations pour port
d’armes, dégradations, outrages et jets de projectiles.. Quatre policiers ont été blessés. Alors que le cortège de la manifestation s’était largement dispersé, un petit groupe de personnes restait encore, vers 18 heures, au niveau de Jean-Jaurès. Ce dimanche, une nouvelle manifestation sauvage aura lieu. 

Leave a Reply