Advertisements

Maison-Blanche : en pleine réunion avec Trump, Erdogan sort son iPad – Le Point

Spread the love

C’est une scène inattendue qui s’est déroulée dans le Bureau ovale mercredi 13 novembre. Le président américain Donald Trump reçoit son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à la Maison-Blanche quelques semaines après l’offensive militaire d’Ankara dans le nord-est de la Syrie. Cette rencontre prend une tournure particulière quand Erdogan sort son iPad, comme le raconte le site Axios.

Lire aussi Syrie : Erdogan, crimes et impunité

Sur sa tablette, le président turc diffuse aux personnes présentes dans le bureau présidentiel une vidéo de propagande présentant les Kurdes comme des terroristes. En plus d’Erdogan, Donald Trump a convié cinq sénateurs républicains, critiques de l’invasion de la Syrie par la Turquie. Avec sa vidéo, Erdogan tente de les influencer pendant cette réunion qui a duré environ 90 minutes. Les sénateurs présents n’ont, semble-t-il, pas vraiment été convaincus par ce qu’ils ont vu. C’est du moins ce qu’indique Axios, qui a interrogé certains d’entre eux.

Des négociations chaotiques

Le locataire de la Maison-Blanche s’enorgueillit de savoir négocier avec les dirigeants autoritaires. Mais ses tractations avec Recep Tayyip Erdogan au cours des semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques, suscitant de réelles interrogations sur sa stratégie dans la durée en Syrie. « Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot ! » lançait alors Donald Trump dans une lettre au ton surprenant adressée à son homologue turc. Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, il a ensuite durci le ton, menacé de « détruire » l’économie turque et autorisé des sanctions contre la Turquie, qui ont été levées après un accord conclu mi-octobre.

Le retrait de Syrie des forces américaines est pris comme un abandon des forces kurdes par nombre d’élus, démocrates comme républicains. « Nous pensons que le moment est particulièrement mal choisi pour recevoir le président Erdogan aux États-Unis, nous vous exhortons à retirer votre invitation », ont écrit des élus des deux bords dans une lettre rendue publique.

Lire aussi Syrie : Trump veut « garder le pétrole »

Advertisements

Leave a Reply