Main arrachée, gendarmes blessés : ce que l’on sait sur la rave party de Redon en Bretagne – Midi Libre

Spread the love

Une rave party est organisée depuis vendredi 18 juin 2021 en soirée sur la commune de Redon (Ille-et-Vilaine). Gendarmes et teufeurs se sont affrontés durant de longues heures cette nuit. Cinq gendarmes sont blessés, un jeune homme de 22 ans a eu la main arrachée. 

C’est dans la petite commune de Redon en Ille-et-Vilaine que 1000 à 1500 fêtards ont tenté de s’installer, dans un champ. La gendarmerie a déployé des hommes pour essayer de les en empêcher, sans succès. Cette nuit, de violents affrontements ont eu lieu entre forces de l’ordre et teufeurs. Ce samedi, plusieurs centaines de participants seraient toujours présents sur le secteur, selon Le Parisien

Des heurts “d’une extrême violence”

Vendredi 18 juin, la rave avait été annoncée sur les réseaux sociaux et la préfecture avait émis un arrêté préfectoral d’interdiction. Les fêtards ont tout de même essayé de s’installer. D’après plusieurs médias, la rave aurait été organisée en hommage à Steve Maia Caniço, décédé après être tombé dans la Loire pendant une intervention de la police lors de la fête de la musique en 2019. C’est vers 00 h hier soir que les tensions ont débuté à Redon. 

Suite aux violences de la nuit le préfet d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier a tenu une conférence de presse. Il évoque des heurts “d’une extrême violence”, pendant “près de 7h”. Les manifestants auraient lancé des cocktails molotov et boules de pétanque sur les forces de l’ordre. Les gendarmes ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement . 

Les organisateurs s’expliquent

Dans son bilan, le préfet annonce 5 blessés chez les gendarmes et 2 chez les teufeurs. Un des jeunes sur place aurait perdu sa main dans les affrontements. Les organisateurs de la rave ont publié un communiqué ce samedi où ils dénoncent “Des pluies de lacrymos et de grenades se sont abattues sur une foule qui ne désirait que faire la fête”. 

“Loin des stratégies individuelles et invisibles permettant à la population d’échapper aux restrictions, nous, les organisatrices et organisateurs du Teknival des Musiques Interdites, voulions à notre tour proposer un espace de musicalité et de sociabilité pour les personnes qui en ressentiraient le besoin”, se justifient les organisateurs. 

Ce samedi matin, le maire de Redon, Pascal Duchêne s’est exprimé. “Ils n’étaient pas là pour faire la fête, ils étaient là pour en découdre”, juge-t-il, cité par Ouest France

400 gendarmes ont été mobilisés “pour faire cesser les troubles” annonce la Gendarmerie nationale. 

Leave a Reply