Macron prépare un électrochoc, deux essais cliniques suspendus… le point sur le coronavirus – Paris Match

Spread the love

Nouveaux bilans, nouvelles mesures et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

La situation en France

«L’heure est grave», va expliquer Emmanuel Macron aux Français mercredi soir avant d’annoncer de nouvelles mesures contraignantes, voire des couvre-feux qui devraient surtout toucher les grandes villes où le Covid-19 s’emballe. Depuis plusieurs jours, l’exécutif ne cesse de distiller publiquement comme en privé des messages alarmistes sur le regain de l’épidémie de coronavirus qui menacerait de submerger le système de santé, notamment à Paris où la situation est jugée “dramatique”, selon plusieurs sources.

A lire aussi :Covid-19 : Le Salon de l’Agriculture annulé en 2021

Les derniers chiffres montrent encore une augmentation globale du nombre de personnes en réanimation (1.633 pour une capacité actuelle nationale d’environ 5.000 lits) et 84 décès en 24 heures, avec un bilan global de près de 33.000 morts en sept mois.

C’est à cette aune et alors qu’un rapport pointe le manque d’anticipation de l’exécutif dans la crise que le chef de l’Etat doit trancher mercredi soir en s’adressant aux Français à partir de 19h55, pour 45 minutes d’interview sur TF1 et France 2. Mais dans la panoplie de restrictions à sa disposition, qui peuvent aller jusqu’à un couvre-feu total à partir de 20h00 ou 21h00 dans les zones les plus frappées par la virus, lesquelles Emmanuel Macron retiendra-t-il ? «Toutes les options sont sur la table», répond son entourage, en soulignant à quel point «l’heure est grave». A priori, tout reconfinement national ou local, apparenté à l’arme ultime, semble toutefois écarté, et les dispositions actuellement en vigueur pour les écoles, collèges et lycées devraient être prolongées, comme l’a indiqué mardi soir le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer.

Pauses inexpliquées pour deux essais cliniques de traitements

Les sociétés pharmaceutiques américaines Johnson & Johnson et Eli Lilly ont suspendu lundi et mardi des essais cliniques d’un vaccin et d’un traitement expérimental contre le Covid-19, respectivement, le temps d’évaluer d’éventuels effets secondaires chez des participants, un nouveau contretemps dans la lutte contre la pandémie. On ignore la nature exacte des alertes sanitaires qui ont déclenché les pauses dans les essais, ni combien de temps il faudra aux sociétés pour enquêter et décider, ou non, de reprendre les essais, qui sont parmi les plus attendus et surveillés au monde.

Mais même s’il s’agit d’une fausse alerte, ces pauses causent des retards malvenus dans la bataille contre le coronavirus. Un projet de vaccin parmi les plus prometteurs, celui d’AstraZeneca et Oxford, était bien avancé lorsqu’une maladie inexpliquée chez un participant est apparue début septembre. L’essai s’est arrêté quelques jours au Royaume-Uni et dans d’autres pays, mais il reste suspendu aux Etats-Unis, sans qu’on sache pourquoi.

Le point dans le monde

La pandémie a fait plus de 1,081 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP mardi. Quelque 37,9 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,1 millions ont été guéris.

Les Etats-Unis comptent le plus de morts (215.089), devant le Brésil (150.998), l’Inde (109.856), le Mexique (83.945) et le Royaume-Uni (42.875).

Toute reproduction interdite

Leave a Reply