Macron pour «5 saisons de plus» : la campagne en mode Netflix de la majorité – Le Parisien

Spread the love

Il n’y a pas que dans l’opposition que la précampagne s’emballe. Dans le camp macroniste, aussi, on prépare l’artillerie lourde. Dès la semaine prochaine à Paris, puis dans 80 autres villes à partir du 10 septembre, 50 000 affiches (dont Le Parisien a pu avoir connaissance) seront placardées en faveur du président sortant, pas encore candidat officiellement mais déjà clairement descendu dans l’arène.

Cette opération, validée en haut lieu, est d’ailleurs on ne peut plus explicite. Les affiches sont siglées « Avril 2022-Macron ». Le style se veut à contre-pied des codes classiques. Emmanuel Macron apparaît en héros d’une série. La typographie et le code couleur sont empruntés à Netflix. Avec un slogan, puisé dans le même registre : « Vivement qu’on signe pour 5 saisons de plus ».

Le style se veut à contre-pied des codes classiques.
Le style se veut à contre-pied des codes classiques. DR

C’est le mouvement de jeunesse de la République en Marche, les Jeunes avec Macron, qui lance cet appel. Le chef de l’État est le « président des jeunes » peut-on lire sur les affiches.

Un meeting sur la jeunesse avec des ministres le 2 octobre

La ficelle n’est pas nouvelle de la part d’un président sortant, en quête d’un nouveau souffle. En amont de la réélection de François Mitterrand en 1988, une campagne de publicité autour de la « Génération Mitterrand » avait fleuri, avec l’image d’un bébé en arrière-fond. Il s’agissait de susciter une envie de second mandat et de donner à Mitterrand les atours d’un « Tonton » protecteur.

L’offensive de communication de cette rentrée s’étalera jusqu’à début octobre avec en clôture un meeting – justement – sur la jeunesse, avec des ministres et des membres de la société civile, le 2 octobre à Avignon.

Cette métaphore du héros de série donne-t-elle une idée de la stratégie pour 2022 ? En tout cas, elle laisse entrevoir une mise en scène du chef de l’État, de son énergie ou de sa résistance face aux événements et aux rebondissements de la vie publique, à l’instar des crises survenues au cours du quinquennat, des Gilets jaunes à la pandémie. Une façon d’insister davantage sur le mode de gouvernance dans des temps agités plutôt que sur un nouveau projet de société autour de chantiers originaux ?

Pour un président sortant, qui sera mis sur le gril par l’opposition sur son bilan, la question du programme est toujours ardue… Côté personnalité, Emmanuel Macron s’est déjà longuement épanché dans la revue Zadig sur son rapport à la géographie de la France. Il avait alors consacré un long développement à la ville de Marseille, chère à ce fan de l’OM. Une ville qu’il va arpenter dès ce mercredi dans le cadre d’un long déplacement.

Leave a Reply