“Macron doit trouver des alliés pour sauver sa réforme”, affirme Mazerolle – RTL.fr

Spread the love

La première journée de grève contre la réforme des retraites a mobilisé entre 800.000 (ministère de l’Intérieur) et 1,5 million (CGT) de personnes à travers tout le pays ce jeudi 5 décembre. Les syndicats de la RATP ont décidé de poursuivre la grève jusqu’à lundi inclus. Pour la suite, beaucoup va dépendre de l’état d’esprit des Français lundi. On ne sera plus dans la situation de devoir prendre ses dispositions pour une journée ou deux, mais de devoir s’organiser sur une longue durée.

Faut-il se contenter d’obtenir du gouvernement des concessions qui rendraient sa réforme acceptable ou faut-il persévérer jusqu’à le contraindre à abandonner sa réforme ? Dans le premier cas, on reste dans le domaine du social. Dans le second, on entre sur le terrain politique. Il s’agit d’infliger une défaite majeure à Emmanuel Macron qui le rendrait impotent pour le reste du quinquennat.

Il y a des incohérences gouvernementalesJean-Paul Delevoye va intervenir publiquement, mais il sera peut-être démenti par le Premier ministre, lorsque celui-ci prendra la parole deux ou trois jours plus tard. Le pouvoir persiste à entretenir la confusion, comme il le fait depuis le mois d’avril. 

“Le Président et ses ministres ont dit tout et son contraire”

À l’époque, Jean-Paul Delevoye négociait en confiance avec les syndicats. Sans être forcément d’accord avec lui, tous louaient son esprit d’écoute et sa loyauté. Mais plusieurs ministres ont commencé à évoquer la possibilité de repousser l’âge de la retraite pour équilibrer les comptes. La confiance a donc été rompue.

 
Emmanuel Macron et ses ministres ont dit tout et son contraire. Même la CFDT, pourtant favorable à la réforme, a pris ses distances. Cela fait plus de six mois que l’on attend une clarification.
 
Il se murmure que le gouvernement pourrait renoncer à ses mesures d’ordre budgétaire. Peut-il le faire ? Cela serait un recul considérable pour Emmanuel Macron. Il ouvrirait grand les cordons de la bourse et les guichets à emprunts comme ses prédécesseurs, qu’il critique pourtant pour leur impéritie. 

“Il a perdu la confiance d’une bonne partie des Français”

Il a tellement tergiversé qu’il est condamné à choisir le moindre mal. Soit il persiste et il se met tous les syndicats à dos et une bonne partie des Français dont il a perdu la confiance, soit il remet les mesures budgétaires à plus tard. Emmanuel Macron est critiqué, moqué, mais il retrouve des alliés comme les syndicats de la CFDT pour faire passer sa réforme. Dans la majorité, beaucoup lui disent que c’est le seul chemin possible.

 
Plus on fait grève longtemps, moins on est disposé à lâcher prise. La rue n’avait pas obtenu gain de cause depuis le CPE en 2006 avec Dominique de Villepin, jusqu’au 10 décembre dernier, date à laquelle Emmanuel Macron a fait des concessions aux  “gilets jaunes“. Les manifestants et les syndicats en ont donc conclu qu’il était faible. Il est ainsi urgent pour le Président de trouver des alliés s’il veut espérer sauver sa réforme.

La rédaction vous recommande

Lire la suite

Leave a Reply