Advertisements

Macron demande une «plus grande implication» au Sahel des «alliés» de la France – Le Figaro

Spread the love

Un face-à-face pour aplanir les «divergences». Emmanuel Macron s’est expliqué jeudi 28 novembre à l’Elysée avec le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, après les remous provoqués par ses propos sur la «mort cérébrale» de l’organisation militaire, qui se réunit à Londres la semaine prochaine.

A l’issue de la rencontre, Emmanuel Macron a déclaré «assumer totalement d’avoir levé des ambiguïtés» avec ses propos controversés sur l’Otan. Après un entretien avec Jens Stoltenberg, il a aussi regretté «la déconnexion criante et inacceptable» des discussions au sein de l’Otan depuis deux ans autour du montant de la contribution financière américaine.

«Toute les options sont ouvertes»

Le président français a par ailleurs annoncé qu’il était prêt à revoir «toutes les options stratégique» de la France au Sahel et a réclamé à ses alliés une «plus grande implication» contre «le terrorisme» dans la région.

Au Sahel, «la France est impliquée et agit pour le compte de tous. La mission qui est la nôtre là-bas est importante. Néanmoins le contexte que nous sommes en train de vivre au Sahel nous conduit aujourd’hui à regarder toutes les options stratégiques», a déclaré le président français, trois jours après la mort accidentelle de 13 militaires français lors d’opérations de combat dans le sud du Mali.

«Dans les prochaines semaines un travail en profondeur sera demandé au gouvernement et à nos armées pour regarder les modalités de nos interventions. Toute les options sont ouvertes. Dans ce contexte, une plus grande implication des alliés serait tout à fait bénéfique», a-t-il demandé, précisant que cet appel s’adressait avant tout aux Européens.

» À voir aussi – Ce qu’il faut retenir de l’entretien d’Emmanuel Macron à The Economist

Le chef de l’État a reçu le Norvégien en fin de matinée «pour préparer le sommet de l’Otan et assurer son succès», a indiqué la présidence. Pour l’Élysée, la discussion entre les deux hommes devait par ailleurs porter «sur la meilleure façon d’aborder, lors du sommet, les principaux enjeux du débat actuel sur l’Otan: le renforcement de l’unité de l’Alliance et de la coordination des actions des alliés, le respect des engagements fondamentaux du traité de Washington (fondateur de l’Otan) et la meilleure prise de responsabilités des Européens au sein de l’Alliance».

Advertisements

Leave a Reply