Lundi, Jour J pour le gouvernement Castex : «Vous aurez des surprises» – Le Parisien

Spread the love

Ultimes tractations et vérifications, avant le grand chambardement promis? « Vous allez voir, vous aurez des grosses surprises », promet un très proche soutien d’Emmanuel Macron. Ce dimanche soir, le président de la République et son nouveau Premier ministre Jean Castex ont continué de plancher sur l’architecture du nouveau gouvernement qui sera présenté lundi, avec une vingtaine de ministres et ministres délégués nommés. « C’est bouclé à 95 %, on attend les derniers retours de la HATVP (NDLR : la Haute autorité pour la transparence de la vie publique) », glisse un proche du chef de l’Etat. L’annonce est prévue à la mi-journée, depuis le perron de l’Elysée par le secrétaire général, Alexis Kohler. Les noms des secrétaires d’Etat seront, eux, dévoilés dans un second temps, « a priori en fin de semaine ».

Mais déjà dimanche, certains ministres étaient fixés sur leur sort. C’est notamment le cas de Jean-Michel Blanquer, « qui est ressorti très souriant de l’Elysée lors d’un entretien samedi soir », glisse une source. Mais aussi Gérald Darmanin et Olivier Véran qui ont été reçus ce dimanche soir à Matignon par Castex. Le premier devrait hériter d’un grand ministère social, comme la rumeur le laissait déjà entendre ces dernières semaines, avec en plus l’épineux dossier des retraites à gérer. Le second serait confirmé à la Santé, mais dans un pôle élargi. Comme Bruno Le Maire à Bercy.

A la Justice en revanche, Nicole Belloubet ne sera pas reconduite dans ses fonctions, mais « la personne qui va la remplacer viendra de la magistrature », fait savoir un stratège macroniste. Quant au sort de Christophe Castaner, la plus grande opacité demeure. Une chose est quasi certaine, ce n’est pas le sarkozyste Frédéric Péchenard qui lui succédera à Beauvau. Même si son nom a régulièrement été cité, « il n’a pas été approché par l’Elysée » jure un proche de l’ancien directeur de la police nationale.

Ségolène Royal se rêve au centre du jeu

Et il y en a une autre qui ne devrait pas non plus entrer au gouvernement, c’est Ségolène Royal. Dimanche, l’ancienne ministre de l’Ecologie a pourtant fait parler d’elle après ses propos tenus sur BFMTV, et même créé un sacré imbroglio au plus haut sommet de l’Etat. « J’ai été appelée par un proche du président », a-t-elle ainsi affirmé. Démentie dans la foulée par le Palais, la candidate à la présidentielle de 2007 a, selon nos informations, bel et bien été sollicitée. En l’occurrence, par un texto envoyé samedi midi par Jean-Yves Le Drian, suivi d’un échange téléphonique entre les deux et au cours duquel elle lui a assuré qu’une entrée au gouvernement n’aurait de « sens que pour une politique plus sociale, plus écologiste, plus démocratique ».

« Ce n’est pas parce qu’elle parle à Le Drian qu’elle va entrer au gouvernement, même si on a beaucoup de respect pour elle. Et que l’on sache, ce n’est pas lui qui a été nommé Premier ministre », renvoie sèchement un haut gradé de la macronie, qui poursuit : « Ségolène Royal aime se mettre au milieu du jeu, y compris quand elle sait qu’elle ne va jamais gagner la partie ». En revanche, la socialiste Valérie Rabault a réellement eu une proposition pour entrer, mais elle a refusé.

«Un nouveau chemin» se dessinera le 14 juillet

Ce soir sur son compte Twitter, Emmanuel Macron a lui-même donné le sens de ce remaniement en expliquant vouloir un gouvernement de « mission et de rassemblement » pour porter sa politique qui doit « s’adapter aux bouleversements internationaux et aux crises ». Maître des horloges, le président entend d’ailleurs fixer ce cap dans les prochains jours, avec une prise de parole devant les Français qui aura lieu le 14 juillet et qui sera le fruit des enseignements qu’il a tirés de toutes les consultations menées ces dernières semaines. Le format sera très probablement celui d’une interview télévisée, renouant ainsi avec une tradition à laquelle il avait mis fin en arrivant au pouvoir. « Mais là, le contexte est différent. Il fixera à cette occasion les orientations pour la fin du quinquennat et le Premier ministre précisera ensuite la mise en œuvre dans son discours de politique générale », fait savoir un proche du président. En somme, Macron décide et Castex exécute.

VIDÉO. Qui est Jean Castex, le nouveau Premier ministre ?

Leave a Reply