Londres : une mutation du Covid-19 à l’origine des nouvelles restrictions ? – LCI

Spread the love

ANGLETERRE – Londres et des régions du sud-est de l’Angleterre passent de nouveau au niveau d’alerte maximale à partir de ce mercredi. Les autorités sanitaires s’inquiètent d’une possible mutation du Covid-19.

Nouveau tour de vis en Angleterre, où Londres et plusieurs zones du sud, dans l’Essex et le Hertfordshire, ont pris de nouvelles restrictions à compter de mercredi 16 décembre, repassant ainsi au niveau d’alerte maximale. Ainsi, de nombreux établissements vont devoir refermer leurs portes à compter de cette date : les hôtels, pubs et restaurants sont concernés, mais aussi l’ensemble des lieux culturels, les cinémas, théâtres ou musées. Le recours au télétravail a été plus que conseillé par le gouvernement, qui a appelé à limiter les déplacements non essentiels, mais les écoles peuvent rester ouvertes. Les rencontres entre personnes de foyers différents, “hors de leur bulle” selon les mots du ministre de la Santé britannique Matt Hancock, sont également proscrites, sauf à l’extérieur. 

Toute l’info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsA quel stade en est l’épidémie, département par département ?

Une mutation du virus prise au sérieux par les autorités

Si le gouvernement a été obligé de rependre des mesures plus strictes dans le Sud, c’est à cause de la montée galopante des contaminations, qui pourrait être liée à une mutation du virus. Identifiée la semaine dernière et signalée depuis à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette nouvelle souche a déjà contaminé plus de mille personnes, “principalement dans le sud de l’Angleterre”, a confirmé Matt Hancock lors d’une conférence de presse lundi 14 décembre. Si de nombreuses mutations ont été observées ces derniers mois, celle-ci a été davantage prise au sérieux par les autorités de santé britanniques car elle concentre “plus de mutations que la plupart des autres variantes”, selon le médecin-chef Chris Whitty.

Toute la question est de savoir si cette nouvelle souche est la cause de cette recrudescence des contaminations, ce que les autorités sanitaires ignorent pour l’instant. Même si les informations manquent sur cette découverte, ces dernières se veulent rassurantes vis-à-vis de la population en précisant qu’elle n’a entrainé pour l’instant aucune forme grave de la maladie. “Rien ne suggère que les symptômes soient différents, que les tests soient différents ou que le résultat clinique soit différent pour cette variante”, a précisé Chris Witthy, tandis que le ministre de la Santé, “pas stressé à ce stade”, a expliqué qu’il était “très improbable” que cette variante du virus “ne réponde pas aux vaccins”. En effet, le pays a commencé sa campagne de vaccination dès la semaine dernière, surprenant toute l’Europe par sa rapidité.

Lire aussi

À l’échelle du Royaume-Uni, le nombre de nouveaux cas détectés est remonté en flèche ces derniers jours pour s’établir à environ 20.000 par jour. En une semaine, le pays a dénombré 14% de cas positifs et 13% d’hospitalisations supplémentaires. Après un pic de mortalité à la mi-novembre, le nombre de décès quotidiens est redescendu avant de remonter brutalement début décembre. Avec 232 décès supplémentaires ces dernières 24h, 64.402 personnes sont mortes du Covid-19 au Royaume-Uni depuis le début de l’épidémie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : “Les principaux lieux de contaminations sont connus”, affirme Jean Castex

“Auto-confinement” des élèves en fin de semaine : les professeurs montent au créneau

Fêtes de Noël : Castex encourage l’école buissonnière, les parents fulminent

Coronavirus : une compote de pomme et un Coca positifs à un test antigénique ?

La prime de Noël versée dès ce mardi : comment vérifier si vous y avez droit

Leave a Reply