Londres jette un froid sur le rachat d’Arm par Nvidia

Spread the love
Londres jette un froid sur le rachat d'Arm par Nvidia

L’acquisition du fleuron britannique Arm par Nvidia continue à faire jaser de l’autre côté de la Manche. Le secrétaire d’État britannique au numérique, à la culture, aux médias et au sport, Oliver Dowden, a publié lundi un avis d’intervention qui permettra au régulateur britannique de mener une enquête de première phase sur l’achat d’Arm par Nvidia pour la coquette somme de 40 milliards de dollars.

“Nous voulons soutenir notre industrie technologique britannique florissante et accueillir les investissements étrangers, mais il convient d’examiner correctement les implications d’une telle transaction en matière de sécurité nationale”, a fait savoir le ministre. Le régulateur aura jusqu’au 30 juillet pour préparer son rapport, après quoi le secrétaire d’État au numérique pourra soit autoriser l’opération, soit recueillir des engagements en vue de l’autoriser, soit la soumettre à une enquête de phase 2 fondée sur des questions d’intérêt public ou de concurrence.

“Pour prendre cette décision, le dirigeant politique a pris en compte les conseils reçus des responsables de la communauté de la sécurité des investissements”, fait savoir l’exécutif britannique. Même si l’enquête du régulateur a été lancée pour des raisons de sécurité nationale, elle déterminera également si le transfert de propriété du concepteur de puces britannique d’un géant technologique japonais, Softbank, à un géant américain, Nvidia, réduirait la concurrence.

publicité

L’acquisition d’Arm se passe “très bien”, selon Nvidia

Du côté de Nvidia, c’est silence radio. S’adressant aux journalistes la semaine dernière, le PDG de Nvidia, Jensen Huang, a déclaré que l’acquisition d’Arm se passait “très bien”. “Nous travaillons avec les régulateurs aux États-Unis, en Europe et en Asie pour expliquer notre vision pour Arm – et la vision pour Arm est d’étendre Arm, d’étendre l’écosystème, d’apporter plus d’innovation sur le marché, et donc les régulateurs sont très favorables à cela parce que c’est pro-concurrence, c’est pro-innovation, et c’est pro-choix”, a-t-il déclaré.

Selon les termes de l’accord annoncé en septembre, Nvidia versera à SoftBank 12 milliards de dollars en espèces et 21,5 milliards de dollars en actions Nvidia, dont 5 milliards de dollars placés sous une clause d’indexation. Nvidia n’achète pas la partie services IoT d’Arm.

Abordant les récentes pénuries d’approvisionnement en puces, Huang a déclaré que les consommateurs réclamant des produits fabriqués sur un “processus de pointe” ont conduit les fabricants de semi-conducteurs à ressentir une pression. “TSMC et Samsung et Intel ressentent une grande demande et une grande pression”, a-t-il déclaré. “Je pense que nous devons simplement reconnaître que le processus de pointe ne peut pas représenter une fraction de la capacité globale de l’industrie, il doit en représenter un pourcentage plus important, et je pense que ces sociétés de semi-conducteurs de pointe en sont conscientes et y font attention”, a-t-il indiqué.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply