Loi Sécurité globale : la nouvelle stratégie policière a-t-elle fonctionné ? – Le Télégramme

Spread the love

Une nouvelle « stratégie de fermeté anti-casseurs » a été expérimentée samedi, à Paris, à l’issue d’une nouvelle journée de mobilisation contre la loi « sécurité globale ». Elle vise à empêcher les débordements et protéger les petits commerçants des casseurs. Samedi dernier, des heurts et de violents affrontements avec la police avaient éclatés, provoquant des dégâts matériels.

1. En quoi consiste la nouvelle stratégie ?

Elle passe par un important déploiement de policiers. Selon une source syndicale, 3 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour le défilé parisien, soit environ 50 % de plus que la semaine dernière, où de violents incidents les avaient opposées à des petits groupes de manifestants « ultras ».

« Il était temps qu’on comprenne qu’il fallait le surnombre et la mobilité pour déstabiliser les black blocs », a réagi auprès de l’AFP le délégué général du syndicat Alliance, Frédéric Lagache.

Autre changement : de nombreuses interpellations préventives ont été organisées en amont de la manifestation et ce, afin à la fois d’empêcher les personnes violentes d’intégrer le cortège, mais aussi de saisir les armes par destination apportés par certains manifestants.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait fait état de 95 interpellations samedi dernier. Hier, il en a rapporté 142 à 19h, et dès 81 rien qu’à 16h.

« Les ordres de la préfecture de police sont clairs : empêcher toute constitution de Black Bloc, se félicite, sur Twitter, un syndicat de commissaires. Ces factieux viennent semer la violence et le chaos. Ils sapent les manifestations. Nous nous félicitons des interpellations de ces individus violents. »

La tactique visant à aller à la confrontation avec les casseurs pour les extraire de la foule a également été plus utilisée.

2. Une nouvelle stratégie, pour quel résultat ?

Aucun incident majeur n’a été déclaré cette fois-ci, contrairement à d’habitude. « Force est restée à la loi », s’est réjoui sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, pour qui « la stratégie de fermeté anti-casseurs (…) a permis de les empêcher » de commettre des violences.

Un bilan qui n’est pas partagé par tout le monde. La députée de la France insoumise Danièle Obono s’est par exemple insurgée contre un « nassage, l’interdiction de rentrer/sortir du cortège et les charges injustifiées » de la police sur Twitter.

Dans le cortège, les nombreuses arrestations ont suscité des tensions et les forces de l’ordre ont brièvement utilisé des canons à eau pour disperser la foule à la nuit tombée place de la République.

Leave a Reply