Advertisements

L’iPad a 10 ans et on se demande encore si c’est un ordinateur – CNET France

Spread the love
L’iPad a 10 ans et on se demande encore si c’est un ordinateur

Fin 2009, l’un des secrets les plus mal gardés du landernau de la high-tech était qu’Apple prévoyait de lancer une sorte de tablette dans les mois à venir. S’agirait-il d’un appareil verrouillé comme l’ iPhone, lancé à peine deux ans plus tôt en 2007 ? Ou serait-ce une plateforme plus traditionnelle comme le MacBook, suivant les traces des ordinateurs personnels depuis le début des années 80 ? Un grand iPhone ou une machine qui tend vers le PC ? Le positionnellement de l’iPad suscitait des questions.

Nous avions tranché en 2010 lors du test de la machine où Alexandre Billault pointait les limites de la machine, mais aussi ses perspectives :

« L’iPad offre une autre approche de l’informatique grand public avec son interface intuitive et sa rapidité d’exécution. S’il couvre idéalement et de manière ludique de nombreux usages, il se montre aussi très limité et ne peut se substituer à un PC portable ou à un netbook, plus polyvalents : multitâche limitées, pas de webcam, support du flash absent, pas de sortie vidéo HD, pas d’emplacement pour carte mémoire ».
Bien que la référence à Flash soit aujourd’hui obsolète, le débat est très similaire à celui que nous avons encore aujourd’hui. Dans les années qui ont suivi, l’iPad a ajouté toutes sortes de claviers, une version Pro plus puissante, la prise en charge du stylet et, enfin, une version bêta de Photoshop (qui n’est pas encore tout à fait au point).

On remet une pièce dans le jukebox

Dix ans plus tard, on a remis la même question sur la table : l’iPad est-il un ordinateur ? « Toujours pas, mais on en s’en rapproche », persiste Alexandre Billault, devenu rédacteur en chef de CNET France. « L’iPad est toujours un formidable support pour consulter du contenu. L’apport du clavier, du stylet et des nouvelles interactions tactiles permettent de gagner en productivité. Mais l’iPad ne se substitue pas encore un vrai PC qui dispose d’une connectique souvent plus souple et d’un écosystème moins fermé. En dissociant l’iPad de l’iPhone avec un OS dédié, iPadOS, Apple est sur la bonne voie pour la décennie à venir ».

“Malgré une évolution technique remarquée, l’iPad ne peut toujours pas remplacer un PC ou un MacBook et reste avant tout une machine de divertissement. Preuve en est sa place dans l’écosystème d’Apple qui se rapproche de celle d’un écran d’appoint avec la fonctionnalité Sidecar. L’iPad apporte sa pierre à l’édifice mais joue le rôle d’un accessoire pour Mac dans cette configuration. Ajoutons à cela un multitâche limité qui peut poser problème à de nombreux professionnels”, juge Steven Fafard en charge de la mobilité sur CNET France. “Néanmoins, l’iPad étend son cercle de fonctionnalités et devient capable de réaliser des tâches autre que de la simple bureautique comme de la retouche photo sur Photoshop. La frontière entre les deux machines tend à s’estomper.”.  

“Malgré l’ambition très ancienne d’Apple de proposer une vraie continuité entre ses différents appareils, même une machine telle que l’iPad Pro ne peut remplacer un véritable ordinateur pour certaines tâches. Ainsi, nombreux furent les graphistes et designers déçus de découvrir des versions iPad limitées de Photoshop et des autres applications de la suite Adobe Creative Cloud, alors qu’on leur promettait des outils professionnels leur permettant de se passer de leurs bons vieux Mac”, précise Karyl Ait Kaci Ali, en charge des rubriques Image et Son de CNET France.

“Même si Apple le martèle dans sa vidéo de promotion (5 raisons de faire de l’iPad Pro votre prochain ordinateur) il risque de se heurter à la réticence des utilisateurs. On peut faire un parallèle avec l’expérience de Microsoft et les premières versions de sa tablette : la Surface RT. Avec un processeur mobile et un système d’exploitation qui ne permet pas d’installer un logiciel traditionnel, les utilisateurs ont boudé cette version”, pense Guillaume Bonvoisin, en charge du forum et de la rubrique informatique de CNET France. Il ajoute que “l’arrivée de la Surface Pro, des processeurs X86 et d’un vrai système Windows a en revanche parfaitement fonctionné. La solution serait peut-être d’équiper l’iPad de MacOS, à moins qu’Apple ne se montre plus malin en trouvant d’autres arguments, il faut dire que le panel d’applications est bien plus riche que ne l’était celui du Windows Store.”.

Alors, au final, l’iPad est-il ou non un ordinateur ? Rendez-vous dans dix ans pour voir si on aura enfin tranché la question…

Source : Cnet.com

Image : Sarah Tew/CNET

Advertisements

Leave a Reply