L’influence de la Chine via WeChat passerait-elle (quasi) inaperçue ?

Spread the love
L'influence de la Chine via WeChat passerait-elle (quasi) inaperçue ?

Le WeChat chinois, comme la plupart des réseaux sociaux, est un refuge pour la désinformation et les “fake news”. Moins connu, du moins dans les pays occidentaux, est son rôle dans la mobilisation des communautés de la diaspora chinoise pour soutenir des politiques ou des personnalités.

Ces activités sont coordonnées par un système connu sous le nom de Front uni, un réseau d’agences du parti communiste et de l’Etat qui sont chargées d’influencer des groupes en dehors du Parti communiste chinois. Au sommet, le département du travail du Front uni est dirigé par le quatrième plus haut dirigeant politique de Chine, Wang Yang. Le président Xi Jinping et sa famille sont impliqués dans le travail du Front uni depuis des décennies.

« Le principal outil du Front uni est en fait le réseau social WeChat », explique Maree Ma, directrice générale de Vision Times, l’un des principaux médias australiens de langue chinoise.

publicité

Jeu d’influence

Les groupes privés de WeChat sont limités à 500 membres, mais selon Maree Ma, il y a des « centaines » d’organisations du Front uni en Australie, chacune d’entre elles ayant plusieurs de ces groupes.

« Certains d’entre eux comptent près de 50 de ces groupes, avec 500 personnes dans chacun d’eux, donc vous pouvez faire le calcul », a déclaré Maree Ma lors d’un séminaire organisé par l’Institut australien de stratégie politique (Australian Strategic Policy Institute) au début du mois. « Normalement, ces groupes sont assez inactifs, vous savez, avec des messages sur les endroits où manger, où aller en vacances, quelle école choisir », a-t-elle déclaré. « Mais lorsque des questions critiques se posent, l’information peut être diffusée extrêmement rapidement par ces groupes ».

Un exemple australien a été donné lors de la campagne électorale fédérale de 2019, lorsque les groupes WeChat ont ciblé Gladys Liu, la candidate du Parti libéral pour l’électorat de Chisholm à Melbourne. « Lorsqu’elle a fait ses premiers commentaires de soutien sur Hong Kong, il y a eu une soudaine augmentation des commentaires négatifs sur sa diffusion dans les groupes WeChat », a déclaré Maree Ma. « Cela a servi d’avertissement pour elle que les efforts du Front uni peuvent l’aider à remporter l’élection et à gagner sa position, mais aussi lui enlever cette position si elle dépasse les limites. »

Taïwan initialement visée

Les pensées et les points de vue de la diaspora chinoise sont sans cesse façonnés par ce qui est diffusé sur WeChat, explique Maree Ma. « Je pense que WeChat passe vraiment sous le radar de la plupart des démocraties occidentales », a-t-elle déclaré. Ces groupes WeChat sont si importants que les dirigeants des organisations liées au Front uni peuvent utiliser le nombre de groupes qu’ils contrôlent comme justification pour obtenir davantage de fonds du consulat chinois.

Le séminaire de l’ASPI a été organisé pour discuter du rapport portant sur « L’ingérence étrangère et le système de front unique du Parti communiste chinois ». Selon son auteur, l’analyste Alex Joske, ces efforts de désinformation et de ralliement en ligne sont encore relativement peu coordonnés avec d’autres éléments de l’appareil cybernétique chinois, comme le ministère de la Sécurité publique, le ministère de la Sécurité d’Etat et l’Armée populaire de libération. « Je pense que tout l’espace de désinformation en ligne semble relativement nouveau pour le Parti communiste chinois, du moins en dehors de Taïwan », a déclaré Alex Joske.

« Il y a eu beaucoup d’exemples de ce qui ressemble à une activité en ligne soutenue par l’Etat sur Facebook, sur l’application Line, qui vise Taïwan, mais nous commençons seulement à voir que cela va vraiment au-delà d’un public de langue chinoise », a-t-il dit. « Bien qu’il existe des organismes censés coordonner certaines de ces activités, je pense qu’en pratique, c’est vraiment très cloisonné ».

Cela dit, les organisations du Front uni peuvent préparer le terrain pour des activités ultérieures telles que l’espionnage. « Par exemple, le département du travail du Front uni va mettre en place un réseau de groupes communautaires, et ensuite une agence de renseignement peut venir recruter des personnes dans ces organisations, et alors les réseaux sont essentiellement déjà en place pour eux », poursuit Alex Joske.

Transfert de technologies depuis l’Europe

Le travail du Front uni est également un élément clé des transferts de technologie européenne avec la Chine, selon Didi Kirsten Tatlow, chercheuse principale au Conseil allemand des relations extérieures. « L’Allemagne est peut-être un centre à certains égards », a déclaré Didi Kirsten Tatlow, car c’est un centre pour la science et la technologie. Ses recherches ont permis d’identifier environ 300 ou 330 organisations connectées au Front uni dans toute l’Allemagne, et peut-être « plus de 1 000 » dans toute l’Europe, en particulier au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Espagne et dans les pays nordiques.

« Oui, c’est très répandu. Il y a beaucoup de choses qui se passent », confirme-t-elle. Aux niveaux supérieurs, il y a ce que Didi Kirsten Tatlow appelle la « capture de l’élite », des dirigeants politiques et économiques allemands. Un exemple est la création du pont de Chine (“China-Brücke”), dirigé par un vice-président du Bundestag, le parlement allemand. Parmi les autres membres du conseil d’administration figurent les représentants allemands de Huawei et d’Alibaba, ainsi que des représentants d’autres partis politiques.

Mais il existe aussi des organisations de niveau inférieur, coordonnées par l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger, qui dispose aujourd’hui d’un réseau de 37 succursales en Allemagne. « Ils se connectent à des associations dites d’amitié culturelle créées par des Allemands qui ont peut-être une vision romantique de la Chine, qui veulent faire de la calligraphie, et ce genre de choses », a déclaré la chercheuse allemande. « Ils commencent par faire de la calligraphie ou de la musique, et tout à coup, ils sont là, à faire un tour de Chine tout payé, à visiter des installations ou des usines d’IA, des parcs de développement commercial et des centres de transfert de technologie », dit-elle. « C’est une structure très large et très profonde. »

Didi Kirsten Tatlow compare la structure de ces organisations à des champignons. « Vous avez cette sorte de mycélium qui se répand sous le sol et un champignon apparaît ici et là… Ah, c’est quelque chose qui appartient au système du Front uni ou à l’influence du Parti communiste », a-t-elle déclaré. « Mais en réalité, ces champignons sont tous connectés sous terre par des réseaux très fins. »

Réglementer WeChat ?

Le consensus clair de tous les membres du panel est que l’influence de WeChat s’accroît et qu’il faut faire quelque chose pour y remédier. Mais que faire ? « Je pense que le point de départ devrait être de s’engager avec Tencent et WeChat et d’essayer de le tenir responsable selon les mêmes normes que Facebook et Twitter, par exemple », a déclaré Alex Joske.

L’Inde vient d’interdire pour sa part WeChat et 58 autres applications chinoises, déclarant qu’elles étaient « préjudiciables à la souveraineté et à l’intégrité de l’Inde, à la défense de l’Inde, à la sécurité de l’Etat et à l’ordre public ». Mais une interdiction stricte a bien entendu des implications en termes de droits de l’Homme, et Didi Kirsten Tatlow préférerait voir un « véritable effort global concerté » pour sensibiliser la population à la manière dont les médias sociaux peuvent être utilisés pour manipuler l’opinion.

Maree Ma estime que l’Australie devrait « absolument introduire des lois » pour réglementer WeChat « afin qu’il pose moins de risques pour la sécurité nationale », bien qu’elle reconnaît également que WeChat « ne peut pas être contrôlé ». « Les politiciens occidentaux pensent, d’accord, que nous pouvons peut-être contrer la désinformation en ayant notre propre présence sur WeChat, mais le simple fait d’établir une plateforme WeChat n’est pas vraiment suffisant », évoque-t-elle. « Ce n’est pas comme sur Twitter ou Facebook où l’on peut supprimer les faux comptes… la Chine peut fermer votre groupe WeChat si vous dépassez les limites. »

Source : ZDNet.com

Leave a Reply