L’idée d’un GPS lunaire fleurit chez les acteurs du secteur de la navigation

Spread the love
L'idée d'un GPS lunaire fleurit chez les acteurs du secteur de la navigation

Considérez ce casse-tête : vous avez un vaisseau spatial et vous venez de quitter l’orbite terrestre. Il y a bien une station spatiale dans les parages, mais comment s’y rendre ? La réponse passe pour le moment par un ensemble d’outils et de capteurs embarqués étonnamment encombrants. Une situation paradoxale, alors que nous n’avons jamais connu aussi bien notre planète qu’aujourd’hui. Pour autant, si les voyages dans l’espace deviennent une réalité pour un nombre croissant de personnes et d’entreprises commerciales, la navigation reste un obstacle majeur à la découverte de l’espace qui nous entoure.

« Contrairement à la Terre, la Lune n’est pas équipée d’un GPS, de sorte que les engins spatiaux et les ressources orbitales lunaires fonctionnent essentiellement dans l’obscurité », explique Matthew Kuhns, vice-président de la recherche et du développement chez Masten Space Systems, qui construit et fait voler des fusées réutilisables depuis près de deux décennies.

« En conséquence, chaque engin spatial doit embarquer du matériel de navigation lourd et des capteurs pour estimer sa position et détecter les dangers potentiels. En établissant un réseau de navigation partagé sur la Lune, nous pourrions réduire les coûts des engins spatiaux de plusieurs millions de dollars, augmenter la capacité des charges utiles et améliorer la précision de l’atterrissage près des sites les plus riches en ressources sur la Lune », estime ce dernier.

publicité

Cap sur 2023

C’est précisément ce que la société californienne Masten s’apprête à faire, grâce à un contrat SBIR de phase II dans le cadre du programme AFWERX conclu avec l’armée de l’Air américaine afin de développer et de démontrer un prototype de réseau de positionnement et de navigation lunaire. Et si cette technologie ressemble tant au GPS que nous connaissons, c’est parce que le système est modélisé pour fonctionner de manière similaire.

Dans le cadre d’un contrat similaire, Masten a déjà achevé la conception du prototype de réseau qui décharge les balises de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNT) d’un engin spatial dans un réseau de capteurs dédié sur la Lune. La phase suivante du projet, qui devrait s’achever en 2023, porte sur la conception des balises PNT. Les dispositifs doivent être extrêmement durables pour survivre aux conditions lunaires, et pour obtenir de l’aide dans ce domaine, le projet se tourne vers la société d’ingénierie et de défense Leidos.

« En tant qu’une des premières entreprises commerciales à envoyer un atterrisseur lunaire sur le satellite, nous sommes dans une position unique pour développer et déployer un système de navigation partagé qui peut soutenir d’autres missions gouvernementales et commerciales et permettre un écosystème lunaire florissant », explique Sean Mahoney, PDG de Masten. « Nous ouvrons littéralement la voie avec cet effort, en créant le chemin d’un accès régulier, continu et fiable à la Lune. »

L’idée est de déployer des boîtiers de balises résistants aux chocs, qui pénétreront la surface lunaire et créeront un réseau autonome en surface, similaire à un réseau maillé. Ce réseau, s’il est efficace, permettra d’assurer une connectivité sans fil constante avec les engins spatiaux, les objets et les ressources orbitales lunaires. L’atterrisseur à propulsion par fusée de Masten, Xodiac, sera utilisé pour tester les balises PNT et pour démontrer l’intégration de la charge utile et le fonctionnement des balises dans un environnement terrestre.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply