Liban : Un nouveau gouvernement formé dans les quinze jours, annonce Emmanuel Macron – 20 Minutes

Spread the love
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et le président Emmanuel Macron rencontre les intervenants mobilisés dans le reconstruction du port de Beyrouth — Lemouton-POOL/SIPA

Il l’appelait de ses voeux à son arrivée au  Liban. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé mardi, lors d’une conférence de presse au terme de sa visite à Beyrouth, que l’ensemble des forces politiques libanaises se sont engagées à former un gouvernement dans les quinze jours.

« Les forces politiques se sont toutes engagées à former un gouvernement de mission dans les quinze jours », a déclaré le chef d’Etat français après des entretiens avec les principales formations politiques. Il a ajouté que le gouvernement rassemblerait des personnalités « compétentes » et serait formé « comme un collectif indépendant qui aura le soutien de toutes les formations politiques ».

Début des consultations ce mercredi

Le nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, nommé quelques heures avant l’arrivée d’Emmanuel Macron lundi, doit entamer mercredi les consultations parlementaires pour la formation de son équipe. Le président français a rappelé que « la moyenne ces dernières années » pour la formation des gouvernements au Liban était « entre cinq et onze mois » en raison des divergences politiques.

Emmanuel Macron a assuré que Moustapha Adib, un ambassadeur relativement inconnu jusque-là, avait « sur le plan politique un soutien massif des forces politiques, même s’il n’est pas unanime ». « Cette légitimité, il ne peut l’obtenir qu’en formant rapidement un gouvernement de mission fait de professionnels, une équipe la plus solide possible », a-t-il ajouté.

Des manifestants dénoncent la « coopération » d’Emmanuel Macron

Un peu plus tôt dans la journée, une manifestation a rassemblé à Beyrouth plusieurs centaines de Libanais fustigeant la « coopération » du président français avec leurs dirigeants jugés « corrompus ». Elle a dégénéré dans la soirée en affrontements avec la police, faisant 22 blessés, selon une ONG.

« Il devait venir nous écouter, nous aider à réaliser nos aspirations, non pas s’asseoir avec des corrompus et des criminels qui ont tué leur peuple », a lancé l’un des manifestants. « En coopérant, vous devenez complices », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par une autre.

Munis de drapeaux libanais et scandant des slogans contre une classe dirigeante « corrompue » et un « système confessionnel clientéliste », les contestataires, mobilisés à l’appel d’une coalition des collectifs du mouvement de contestation, ont appelé à bâtir un « nouveau Liban » basé sur un « Etat laïc » et moderne.

16 partages

Leave a Reply