L’ex-recruteur djihadiste Mourad Farès condamné à 22 ans de prison – Le Monde

Un dessin montrant Mourad Farès lors de son procès à Paris, le 20 janvier.

Un dessin montrant Mourad Farès lors de son procès à Paris, le 20 janvier. BENOIT PEYRUCQ / AFP

Mourad Farès, jugé devant les assises de Paris, a été condamné vendredi 24 janvier, à vingt-deux ans de réclusion criminelle pour avoir incité des candidats au djihad à partir en Syrie, mais aussi pour y avoir dirigé un groupe de combattants francophones.

La condamnation est conforme aux réquisitions de l’avocate générale, qui avait demandé à la cour d’assises spéciale d’assortir cette peine d’une période de sûreté des deux tiers. Elle a souligné le rôle « déterminant » de l’accusé de 35 ans dans « l’envoi au djihad de dizaines de personnes », une « quarantaine » au total, dont des adolescents et des enfants.

Mourad Farès, qui a fui la Syrie à l’été 2014, avait « développé une propagande élaborée dès la fin 2012 », « réalisant » notamment une vidéo appelant au djihad et visionnée par « 200 à 300 000 » personnes, a appuyé la magistrate. Les réseaux sociaux lui « confèrent une visibilité exceptionnelle, c’est aussi un vecteur de rencontres » : Mourad Farès « va au-delà des échanges virtuels pour organiser des rencontres », avec des candidats au djihad de toute la France, a-t-elle ajouté.

« On appelle ça recruter, inciter, aider »

Parmi eux, un groupe de dix Strasbourgeois partis mi-décembre 2013, dont faisait partie Foued Mohamed-Aggad, l’un des futurs kamikazes du Bataclan, et auxquels il a seulement admis avoir fourni le contact d’un passeur. « On appelle ça recruter, inciter, aider : il est un élément déterminant dans leur départ », a fustigé la représentante de l’accusation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’itinéraire de Mourad Farès, insondable recruteur de djihadistes

Lui-même parti en Syrie à l’été 2013, Mourad Farès va « participer à des actions armées » au sein de l’organisation Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, devenu Etat islamique en 2014), avant de quitter ce groupe terroriste pour « en rejoindre un autre », affilié au Front Al-Nosra (ex-branche syrienne d’Al-Qaida).

Malgré ses dénégations, il va pour l’accusation « diriger » cette brigade de jeunes combattants francophones en l’absence d’Oumar Diaby, un important recruteur également connu sous le nom d’Omar Omsen. « Diriger, c’est conduire, mener, gérer, régler… » et Mourad Farès est « celui qui s’occupe des déplacements du groupe, de la logistique, de la caisse », a signifié l’avocate générale, qui a également requis sa condamnation pour financement du terrorisme.

« Encore beaucoup de chemin à faire »

Incarcéré depuis septembre 2014, après sa fuite de Syrie et son arrestation en Turquie, Mourad Farès a « adopté un comportement global correct » en détention et a collaboré avec les autorités, mais il « a encore manifestement beaucoup de chemin à faire avant d’être réellement un repenti », a estimé l’avocate générale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Procès de Mourad Farès : les membres de la « filière de Strasbourg » minimisent le rôle de recruteur du djihadiste

Contre Ali Eddine Benali, 25 ans, qui comparaît libre sous contrôle judiciaire pour avoir tenté de rejoindre la Syrie avec Mourad Farès, elle a requis cinq ans, dont trois ans de sursis avec mise à l’épreuve. L’accusation a par ailleurs demandé trente ans de réclusion criminelle, dont deux tiers de sûreté, à l’encontre de Bilel Ben Mimoun et Hachmi Hattabi, qui faisaient partis du même voyage et sont présumés morts en Syrie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *