« L’Etat a tenu » : Emmanuel Macron s’offre un satisfecit sur sa gestion de crise – Le Monde

Spread the love
Le président Emmanuel Macron s’exprime depuis l’Elysée, le 14 juin.

Ce n’est pas encore les « jours heureux », mais ça commence à y ressembler. Dimanche 14 juin, alors que la lumière du soir baignait les jardins de l’Elysée, Emmanuel Macron a proclamé lors d’une allocution télévisée une « première victoire » contre l’épidémie de Covid-19, trois mois après lui avoir déclaré la « guerre ». Seulement neuf décès supplémentaires étaient à déplorer, dimanche, tandis que le nombre de cas en réanimation se chiffrait à 869 personnes, contre 7 000 au plus fort de la crise. L’occasion, donc, pour le chef de l’Etat d’accélérer le processus de déconfinement, et de se réserver l’annonce de quelques bonnes nouvelles. « Nous allons retrouver pleinement la France », a-t-il promis.

Lire aussi Emmanuel Macron annonce une accélération du déconfinement et promet de tirer les « leçons » de la crise

Pour « tourner la page du premier acte », M. Macron a commencé par indiquer que l’Ile-de-France allait passer dès lundi en zone verte, permettant ainsi la réouverture des restaurants et des cafés, une mesure très attendue par les professionnels du secteur. Les visites dans les maisons de retraites et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) seront également permises à partir de lundi. De plus, les crèches, écoles et collèges rouvriront pour tous à partir du 22 juin, avec « une présence obligatoire » des élèves. « Nous allons pouvoir retrouver le plaisir d’être ensemble, de reprendre pleinement le travail mais aussi de nous divertir, de nous cultiver », s’est-il réjoui. Le second tour des élections municipales, par ailleurs, se tiendra bien le 28 juin.

« Les rassemblements resteront très encadrés »

Seul nuage dans ce ciel bleu, mais il est de taille : « L’épidémie n’est pas terminée », a reconnu Emmanuel Macron. Pas question, donc, de « baisser la garde ». « L’été 2020 ne sera pas un été comme les autres », a-t-il prévenu, en précisant que « les rassemblements resteront très encadrés ». Le président de la République doit se rendre mardi sur un site du groupe pharmaceutique Sanofi près de Lyon pour « soutenir la recherche et la production de vaccins » dans le cadre de la lutte contre le coronavirus − le développement d’un vaccin pourrait être achevé pour la fin de l’année selon le gouvernement allemand.

Dimanche soir, M. Macron tenait avant tout à se féliciter pour le travail accompli ces trois derniers mois. Très critiqué pour sa gestion de crise par l’opposition − « l’Etat a été lamentable », a dénoncé l’ex-ministre socialiste, Arnaud Montebourg −, il a fait valoir au contraire que « l’Etat a tenu ». « Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions », a-t-il vanté, rappelant avoir placé « la santé au-dessus de l’économie ». Le président de la République a notamment cherché à mettre à son crédit la réussite du déconfinement, en particulier la décision de lancer cette nouvelle étape dès le 11 mai, malgré les réticences qui pouvaient s’exprimer au sein de l’exécutif ou du monde scientifique. « Je sais que beaucoup alors le déconseillaient, il n’y avait pas de consensus, les avis étaient très différents y compris parmi les scientifiques », a rappelé M. Macron. Mais « nous avons bien fait », a-t-il conclu.

Il vous reste 69.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply