Les utilisateurs de Facebook sont clairs : oui aux amis, non aux amants

Spread the love

En 2018, Facebook a créé la surprise en dévoilant Facebook Dating lors de sa conférence F8. Comme son nom le suggère, Facebook Dating est un service de rencontre comparable aux apps telles que Tinder ou OkCupid.

Et lorsque Facebook Dating a finalement été lancé aux États-Unis en 2019, on pensait que ce service allait devenir une menace pour les services similaires. En effet, si les profils Facebook Dating sont séparés du profil principal sur le réseau social, l’entreprise dispose d’une quantité importante de données pouvant être utilisées pour fournir des suggestions très personnalisées. Outre cela, Facebook a également une importante puissance de frappe financière.

Pourtant, aujourd’hui, force est de constater que Facebook ne parle plus trop de ce service. Et il semblerait que pour le moment, Facebook Dating ne représente pas une menace pour ses concurrents.

Comme l’explique le site The Verge, la dernière fois que Facebook a donné des chiffres sur l’utilisation de son service Dating, c’était en octobre. Dans un communiqué, Facebook avait indiqué que 1,5 milliard de matches ont été enregistrés sur Facebook Dating, alors que de son côté, le site web de Tinder indique 55 milliards de marches.

Mais malgré le fait que Facebook n’est pas très bavard au sujet de son service Dating, des informations collectées par le site The Verge suggèrent que si le nombre d’utilisateurs croît, le succès reste mitigé. En effet, pour faire la promotion de son service de rencontre, le numéro un des réseaux sociaux affiche des publicités à ses utilisateurs, en indiquant le nombre de célibataires qu’ils peuvent rejoindre dans une région spécifique.

Des données recueillies sur des publicités de Facebook

Ainsi, grâce à ces publicités, le site The Verge sait que dans la ville de New York, il y a 278 000 célibataires utilisant Facebook Dating. À Indianapolis, c’est 43 000. À Ottawa, au Canada, c’est 24 000. Et dans la petite ville de Bellingham, c’est 2 000.

Si l’on prend le cas de New York, Facebook aurait ainsi une part de 7 %, puisqu’un recensement réalisé en 2019 indique qu’il y aurait 4 millions de célibataires. Mais surtout, Facebook Dating ne dépasserait pas encore Tinder.

En effet, interrogé par The Verge, un représentant de la société Match Group a indiqué : « Nous avons un certain nombre de marques plus d’utilisateurs actifs à New, y compris Tinder et Hinge. »

On notera néanmoins que les données affichées par Facebook sur ses publicités manquent de précision. Ainsi, on ne sait pas si ces nombres sont ceux des utilisateurs actifs, ou bien ceux des utilisateurs qui se sont inscrits sur le service de rencontre intégré à l’app Facebook.

En tout cas, plus d’un an et demi après les débuts de Facebook Dating aux USA, on est encore loin du scénario qui était prévu par les observateurs. De son côté, Match Group, qui dispose de plusieurs apps de rencontre, dont Tinder, s’était montré confiant. « Venez. L’eau est chaude. Leur produit pourrait être bon pour les relations entre les États-Unis et la Russie », avait ironisé le patron de Tinder, à l’époque.

3.8 / 5

3,9 M avis

Leave a Reply