Les satellites Starlink brillent deux fois moins, mais c’est encore beaucoup trop selon les astronomes

Spread the love

En avril dernier, des astronomes se sont réunis pour échanger à propos d’un problème grandissant, la conquête de l’espace par SpaceX via son projet Starlink. La société dirigée par Elon Musk compte envoyer dans les années à venir 42 000 satellites en orbite afin de proposer à n’importe qui sur la planète une connexion à internet. Si ce projet part d’un bon sentiment, et ne devait en apparence poser aucun problème, ces scientifiques ne sont pas du même avis.

Pour commencer, Starlink accroît considérablement la pollution de l’espace. Pour faire, avant l’arrivée de ce projet, l’humain avait envoyé seulement 9 400 objets en orbite, et ce depuis le début de l’ère spatiale en 1957. Mais là n’est pas le principal problème. Les astronomes estiment que cette immense quantité de satellites (aujourd’hui estimée à plus de 420) cause de nombreux problèmes pour la recherche. En effet, un satellite comme n’importe quel objet scintille lorsque la lumière du soleil parvient jusqu’à lui, or, cette brillance multipliée par des centaines de satellites (voire à terme des milliers) viendrait perturber les recherches.

Des progrès efficaces, mais pas suffisants.

Une première fois, ce regroupement d’astronomes a interpellé Elon Musk en lui demandant de prendre cette problématique au sérieux. Rapidement, Musk a répondu en assurant que les prochains satellites réfléchiront bien moins la lumière du soleil. Une réponse plutôt encourageante me diriez-vous. Néanmoins, il semblerait que la réaction d’Elon Musk n’a pas suffi, ni les efforts mis en place par les équipes SpaceX. En août, plus de 250 astronomes, opérateurs de satellites et défenseurs du ciel étoilé se sont réunis pour mettre en avant les risques que représentent ces immenses constellations de satellites, et tenter d’alerter SpaceX.

Plus récemment, une recherche menée par l’astronome de l’Observatoire astronomique national du Japon, Takashi Horiuchi, explique que les efforts mis en place par SpaceX ont apporté quelques améliorations, mais pas suffisamment pour régler complètement ce problème. Selon les recherches menées par M. Horiuchi, les nouveaux satellites qui ont été recouverts de peintures plus sombres, surnommés DarkSats, permettent bien de réduire drastiquement la brillance. Toutefois, on est encore loin d’un environnement propice pour que les astronomes puissent continuer leurs recherches dans de bonnes conditions. En publiant ses constats dans la revue Physics World, ce scientifique japonais espère être entendu par l’homme le plus du monde pour que des efforts supplémentaires soient mis en place.

Leave a Reply