Les radios enregistrent une perte d’audience historique – Le Monde

Spread the love

Bien sûr, les journées, en janvier, février et mars, n’ont pas ressemblé à ce qu’elles étaient il y a un an. Pas de départ au travail ou au lycée à des horaires invariablement fixes, donc pas de rendez-vous radio immuable avec tel animateur, ou telle matinale d’info. Il n’empêche. Entre janvier-mars 2020 et janvier-mars 2021, le média a perdu plus de 2 millions d’auditeurs (2,145 millions).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les radios musicales n’ont jamais perdu autant d’auditeurs

S’il en rassemble toujours 40 millions quotidiennement, cela représente une baisse vertigineuse – et inédite – de 4,4 points de son audience cumulée (73,2 %, contre 77,6 % il y a un an), selon la dernière livraison de la mesure de l’audience de la radio livrée par Médiamétrie, jeudi 15 avril. Cet indicateur représente l’ensemble des personnes ayant écouté au moins une fois une antenne dans une tranche horaire ou au cours d’une journée.

Progression spectaculaire de Franceinfo

A ce compte-là, tout le monde y perd. Les radios généralistes, les stations musicales, les programmes locaux, les associatives, les commerciales… Toutes ? Dans ce marasme, Radio France peut tout de même se targuer de voir l’audience cumulée de ses antennes progresser de 0,3 point (27,7 %). Une performance qu’elle doit particulièrement à Franceinfo, dont la progression est spectaculaire : alors que la grève de janvier 2020 avait affecté ses résultats, en les enfonçant à 7,4 %, ce premier trimestre la hisse à son deuxième meilleur niveau depuis 2012, 8,9 % (+ 1,5 point, soit 800 000 auditeurs).

« Nous confirmons notre statut de troisième radio de France », se réjouit Jean-Philippe Baille, son directeur. Plus modestement, France Culture grappille 0,1 point, mais se satisfait, avec 2,9 % d’audience cumulée, de réaliser son meilleur score historique sur un début d’année.

Lire aussi L’audience d’Europe 1 ne remonte toujours pas

Première radio de l’Hexagone pour la 9e fois d’affilée, France Inter égare 0,5 point (12,3 %, contre 12,8 % il y a un an). Une déception que Laurence Bloch, sa directrice, relativise : « Quand on voit le succès de nos podcasts, on voit bien que la radio et le numérique marchent d’un même pas : l’antenne linéaire nourrit le digital, et inversement. Plus que de l’audience de la radio, il faut désormais parler de celle de l’audio », revendique la dirigeante.

RTL, RMC et Europe 1 en baisse

L’écart qui sépare sa station de sa première poursuivante, RTL, s’élargit considérablement : en passant de 12,1 % à 10,5 % d’audience cumulée (− 1,6 point), la station dirigée par Régis Ravanas, dont « l’écoute est réalisée à 35 % en mobilité », accuse sévèrement le coup du télétravail. France Bleu, elle, passe de 6,3 % à 6 % .

Il vous reste 23.26% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply