Les montres connectés pourraient anticiper un diagnostic positif à la Covid-19

Spread the love

Les montres connectées pourraient jouer un rôle dans la détection de maladies comme la Covid-19, indiquent des études qui ont pu tester depuis plusieurs mois la pertinence de ces petits équipements.

CBSNews rend compte d’une première expérience, la « Warrior Watch Study » menée entre avril et septembre par des chercheurs à l’hôpital Mount Sinai de New York. Il ont travaillé avec 297 personnels de santé équipés d’une Apple Watch Series 4 ou 5. Ils ont utilisé la capacité de la montre à détecter des changements dans la variabilité de la fréquence cardiaque, c’est à dire l’intervalle qu’il y a entre deux contractions.

Une variabilité élevée témoigne d’un système nerveux actif et d’une bonne santé alors qu’une variabilité faible, signe d’un écart constant entre les contractions, peut signifier qu’une inflammation se développe.

L’objectif de l’étude était d’utiliser ce marqueur afin de repérer une infection avant même que la personne n’en ressente les effets. Une anticipation pouvant aller jusqu’à 7 jours.

Cette étude s’est révélée intéressante dans ses résultats mais entre le peu de personnes infectées par la Covid-19 dans le pool de sondés ou des limitations de la montre, il est difficile d’en tirer des conclusions définitives. Mais il y a matière à creuser pour mieux exploiter ces appareils personnels.

Une autre étude, conduite par l’université de Stanford, à partir du printemps dernier s’intéressait à l’observation de la fréquence cardiaque pour détecter là-aussi une possible infection par la Covid-19. Plusieurs appareils étaient utilisés, d’Apple, de Fitbit ou de Garmin. 5 000 personnes ont été suivies et 32 d’entre elles ont à une occasion contracté le virus.

81 % des participants testés positifs au coronavirus, ont manifesté des changements significatifs dans leur fréquence cardiaque jusque 9 jours et demi avant l’apparition de symptômes. Sur ce nombre de malades, les chercheurs ont pu en identifier environ les deux tiers grâce à leur montre ou bracelet et ce, quatre à sept jours avant que le diagnostic ne soit confirmé.

L’équipe a créé un système d’alarme pour prévenir le porteur d’une montre que son rythme cardiaque affichait une hausse notable sur une durée singulière. L’idée est toujours de profiter que ces appareils sont portés tout au long de la journée, 7 jours sur 7, pour exercer une surveillance quasi permanente. Ce qui s’avère impossible par d’autres moyens, en outre cela est fait d’une manière absolument non-invasive.

D’autres études s’intéressent à la respiration, ou l’apparition d’une fièvre pour tenter de déterminer l’action du virus. Il n’y a pas une méthode isolée qui s’impose sur les autres à ce stade, chacune peut apporter ses relevés et aider à structurer l’information donnée à l’utilisateur.

Nul doute qu’Apple suit de très près ces études et ce qu’elle révèlent des aptitudes mais aussi des lacunes de sa montre.

Leave a Reply