Les Etats-Unis, nouvelle Terre Promise du mining de cryto, suite à l’exode de Chine

Spread the love
Les Etats-Unis, nouvelle Terre Promise du mining de cryto, suite à l'exode de Chine

Le géant de l’extraction de crypto-monnaies BIT Mining, basé à Hong Kong, a déclaré qu’il met fin à ses activités en Chine après que le pays ait adopté de nouvelles réglementations interdisant cette pratique.

“L’arrêt du service de BTC.com pour les utilisateurs de Chine continentale peut avoir un impact négatif sur les états financiers consolidés de la société”, a déclaré la société. “Toutefois, l’entreprise estime que sa croissance sur les marchés mondiaux contribuera à compenser la perte d’activité en Chine continentale. À l’avenir, la société prévoit d’intensifier ses efforts d’expansion commerciale et d’accélérer son développement mondial.”

En mai, le vice-premier ministre chinois Liu He a déclaré que le pays devait adopter une position plus ferme contre les cryptomonnaies. La déclaration de Liu He a conduit plusieurs opérateurs de minage de crypto-monnaies à cesser leurs activités, selon Reuters. La filiale de la bourse de crypto-monnaies Huobi Huobi Mall a déclaré qu’elle suspendait ses activités locales au début de l’année. L’opérateur de mining HashCow cesser également d’acheter de nouvelles plates-formes de bitcoins. BTC.TOP a également décidé d’arrêter ses activités en Chine.

publicité

Miracle à Rockdale, Texas

Des chercheurs ont récemment estimé que la Chine était à l’origine de plus de 75 % de la puissance de hachage ou des calculs du bitcoin, grâce à l’accès de la Chine au matériel et à l’énergie bon marché. Le Wall Street Journal note que l’exploitation minière est soutenue par les centres hydroélectriques du Sichuan et du Yunnan ainsi que par le charbon du Xinjiang et de la Mongolie intérieure.

Le mois dernier, la banque centrale chinoise a réitéré sa position sur les crypto-monnaies, en publiant un mémo qui interdit les transactions en crypto-monnaies et interdit aux bourses étrangères de fournir des services aux Chinois. Kim Grauer, directeur de recherche à la société d’analyse blockchain Chainalsysis, a déclaré à ZDNet que la répression sur ces acteurs incite les mineurs individuels qui étaient basés en Chine, en plus des grandes opérations minières commerciales qui s’y trouvent, à fuir en masse vers d’autres lieux.

“Nous pouvons déjà observer cet exode, car le taux de hachage global du bitcoin a chuté de plus de 50 % et reste inférieur à son pic d’avant la répression. Certains prédisent une hausse au Kazakhstan voisin, tandis que d’autres pensent même que certaines régions d’Amérique du Nord verront un afflux de mineurs. Sur la base de nos données, il est tout simplement trop tôt pour le savoir”, a déclaré M. Grauer. “Il est difficile de prédire ce que la position dure de la Chine contre le minage signifie pour le plus grand écosystème de cryptomonnaie, mais beaucoup pensent que cela aura un impact sur la volatilité du marché pour les investisseurs, tandis que d’autres soutiennent que si des mesures bien réfléchies sont prises, cela pourrait présenter une énorme opportunité pour les États-Unis d’être le foyer de l’avenir de la crypto.”

Et déjà les premiers bénéficiaires américains de cet exode voient le jour. Dans la petite ville de Rockdale, au Texas, un immense chantier balayé par les vents illustre à lui seul le rôle central qu’entendent jouer les Américains dans les cryptomonnaies rapporte d’AFP. Avec une capacité de 750 mégawatts, la plus grande ferme de bitcoins du pays compte déjà plus de 100.000 ordinateurs dans trois bâtiments de 350 mètres de long. Dans quelques mois, ils seront sept.

Le minage de bitcoins a plus que doublé aux Etats-Unis entre mai et août dernier

Car pour effectuer ces opérations énergivores, l’électricité bon marché du Texas constitue son atout-maître en plus de son environnement pro-business et de sa main d’oeuvre qualifiée, d’après Chad Everett Harris, PDG et co-créateur de Whinstone, propriétaire de la ferme de Rockdale. “Tous les leaders de cette industrie veulent venir au Texas!”, sourit-il depuis un des baraquements provisoires de son usine-chantier, casquette vissée sur la tête.

Originaire de La Nouvelle-Orléans, il a commencé à miner de chez lui en janvier 2018, avec un ordinateur qui lui rapportait 60 dollars par jour, et a revendu sa ferme 651 millions d’euros en mai dernier à l’entreprise américaine Riot Blockchain.

Mercredi dernier, des données publiées par l’Université de Cambridge montraient que le minage de bitcoins avait plus que doublé aux Etats-Unis entre mai et août dernier, amenant la part américaine à 35,4% de l’activité.

La montée en puissance américaine dans le minage attisée aussi les critiques contre son coût environnemental. Chaque année, le minage de bitcoin consomme autant d’électricité que toutes les Philippines, d’après l’université de Cambridge.

Leave a Reply