Les difficultés de Huawei permettent à Xiaomi de gagner du terrain en Europe

Spread the love

Les relations entre le gouvernement Trump et la Chine ont considérablement impacté les activités de nombreuses entreprises, dont Huawei. Depuis plus d’un an, Huawei est blacklistée par les États-Unis, ce qui a entraîné de la méfiance sur l’ensemble des marchés occidentaux. Aujourd’hui, Huawei, qui ne peut plus compter sur les services Google, ne parvient plus à vendre autant de smartphones que par le passé.

Afin de limiter les pertes, Huawei a choisi de se séparer de sa filiale Honor, et a annoncé une production divisée par deux pour 2021. Son CEO et fondateur Ren Zhengfei reste tout de même confiant quant au développement de sa société, et perçoit cela comme un retour à la case départ avec de nouvelles projections pour évoluer. Ren Zhengfei comptait sur une discussion avec Joe Biden pour arranger la situation et réinitialiser les relations entre les États-Unis et Huawei. Toutefois, le président américain ne semble pas de cet avis.

Xiaomi profite de la situation

La chute de Huawei dans le classement des plus gros fabricants de smartphones permet à d’autres de gagner du terrain. C’est notamment le cas de son compatriote chinois : Xiaomi. Le secteur de la téléphonie mobile dans sa globalité connaît une grosse baisse des ventes. Néanmoins, Xiaomi garde la tête hors de l’eau et s’adapte de plus en plus au marché européen en augmentant sa part de marché de 8% à 17% en l’espace d’un an.

Au cours de l’été 2020, Xiaomi est même devenu le numéro 2 en France derrière Samsung. Actuellement, si l’on en croit la nouvelle étude de Couterpoint Research sur le marché des smartphones en Europe, Xiaomi occupe la troisième place derrière Samsung et Apple. Malgré la pandémie, Xiaomi a littéralement explosé en 2020, et ce grâce également à la chute de Huawei. D’autres constructeurs chinois comme Vivo ou Oppo semblent également avoir le vent en poupe et comptent à leur tour se faire une place sur le marché européen.

Leave a Reply