Les anciens employés de Twitter accusés d’espionnage font face à de nouvelles accusations

Spread the love
Les anciens employés de Twitter accusés d'espionnage font face à de nouvelles accusations

Le gouvernement américain a rejeté mardi les accusations d’espionnage portées contre deux anciens employés de Twitter et un autre individu. Les deux anciens employés de Twitter et le troisième complice ont été accusés d’avoir accédé frauduleusement à des informations privées et d’avoir agi en tant qu’agents illégaux d’un gouvernement étranger pour avoir prétendument espionné les utilisateurs de Twitter critiques envers la famille royale saoudienne.

Cette fois-ci, les individus ont été accusés de sept infractions, au lieu de deux précédemment. Les chefs d’accusation sont les suivants : agir en tant qu’agent d’un gouvernement étranger sans en informer le procureur général ; conspiration en vue de commettre une fraude électronique ; fraude électronique ; blanchiment d’argent ; destruction, altération ou falsification de dossiers dans le cadre d’enquêtes fédérales ; complicité ; et confiscation de biens à des fins criminelles.

Les accusations factuelles du gouvernement américain sont quasiment identiques à celles de la plainte initiale, les deux anciens employés de Twitter étant toujours accusés d’utiliser les privilèges de leur entreprise pour fournir des informations non publiques sur les comptes au gouvernement et à la famille royale saoudiens.

publicité

Célébrités, journalistes et organisations ciblées

La plainte initiale relatait que les deux anciens employés de Twitter avaient accédé à des informations telles que des numéros de téléphone, des informations récentes sur l’adresse IP, les appareils utilisés, des informations biographiques fournies par les utilisateurs, des journaux contenant des informations sur le navigateur d’un utilisateur et un journal complet des actions d’un utilisateur sur Twitter sans autorisation ou consentement.

Dans le nouvel acte d’accusation, le gouvernement américain fournit plus de détails sur les personnes visées par le vol d’informations. Selon le nouvel acte d’accusation, les prévenus ont eu accès à des informations sur les comptes de journalistes, de célébrités, d’organisations d’intérêt public et de marques au Moyen-Orient.

Le nouvel acte accuse également les responsables saoudiens d’avoir versé au moins 200 000 dollars par virement bancaire à une société écran et sur un compte bancaire au Liban. L’un des espions présumés aurait également reçu une montre d’une valeur d’environ 20 000 dollars. Le montant indiqué dans la plainte initiale était d’environ 300 000 dollars.

Le gouvernement américain accuse en outre l’un des prévenus d’avoir menti au FBI à propos de l’argent qu’il a reçu, de la montre et des communications avec les responsables saoudiens. Ce dernier aurait menti au FBI en ne signalant pas la montre et en fournissant un reçu falsifié et antidaté montrant un paiement de 100 000 dollars de la part de fonctionnaires saoudiens, qui, selon lui, a été fourni en échange de services de conseil aux médias.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply