L’équipe de la NASA pilote Curiosity depuis la maison

Spread the love
L'équipe de la NASA pilote Curiosity depuis la maison

Depuis 2012, le rover Curiosity de la NASA survole Mars, mais l’équipe qui le pilote est toujours très ancrée sur Terre, ce qui signifie qu’elle n’a pas été exemptée des règles de distanciation sociale en vigueur, même si le projet sur lequel elle travaille est à 200 millions de kilomètres de là. Comme la crise du coronavirus a forcé la fermeture de bureaux à travers les États-Unis le mois dernier, l’équipe de Curiosity a dû trouver un moyen de passer au travail à distance pour continuer à faire tourner les affaires comme d’habitude.

L’équipe est basée au Jet Propulsion Laboratory (JPL) en Californie du Sud, l’un des premiers Etats à avoir enregistré des cas de virus fin février. L’unité d’exploration de la NASA sur Mars a donc commencé à anticiper une perturbation majeure des opérations quotidiennes dès le début du mois de mars, lorsqu’il est devenu évident que la pandémie allait bientôt frapper.

L’essentiel du travail de l’équipe Curiosity consiste à maintenir et à contrôler les activités du rover dans la région de Pahrump Hills du cratère de Gale sur Mars, et à surveiller les découvertes du véhicule, souvent en analysant les roches et le sable qui sont captés par les instruments de Curiosity. Il va sans dire que la perspective de travailler à la maison nécessitait un ensemble de préparatifs totalement différent de celui des emplois de bureau typiques.

publicité

Répétition générale dès le mois de mars

Bien que les responsables du projet Curiosity aient été les premiers à réfléchir à des moyens de fonctionner avec certains employés travaillant à distance, Ashwin Vasavada, le scientifique du projet Curiosity, a expliqué à ZDNet qu’à ce stade, personne n’avait une idée précise de la gravité de la situation. L’équipe a donc envisagé des options où certains membres de l’équipe pouvaient encore travailler sur place, comme ceux qui avaient besoin d’un équipement spécial, ainsi que des options où chacun travaillait depuis chez lui. Les chefs de projet ont également envisagé une série de réponses, allant du fonctionnement aussi normal que possible, au strict minimum pour maintenir le rover en vie.

Jeudi 12 mars, se souvient Ashwin Vasavada, l’équipe a procédé à une répétition complète des opérations à distance, bien qu’elle ne sache pas encore si et quand elle aura besoin d’utiliser réellement cette capacité. “Le lundi suivant, nous avons tenu des opérations sur place. Le mardi, le JPL avait presque tous les employés qui commençaient à travailler à domicile”, a déclaré Ashwin Vasavada.

L’équipe a décidé de faire une pause de trois jours dans ses activités normales, le temps de régler certains des problèmes rencontrés lors de la répétition. “Au cours des trois jours suivants, l’équipe a travaillé incroyablement dur pour régler les derniers détails, fournir du matériel à ceux qui en avaient besoin et organiser des répétitions supplémentaires,” a ajouté M. Vasavada.

Défis techniques

Comme pour de nombreuses organisations non liées à l’espace, certains des défis immédiats étaient d’ordre technique. S’assurer que les employés disposaient des ordinateurs, des connexions Internet et des logiciels appropriés était la première priorité du département informatique de la NASA, mais étant donné la nature du travail de Curiosity, certains des obstacles se sont avérés plus difficiles à surmonter.

Pour étudier les images 3D de Mars qu’ils reçoivent du rover, par exemple, les scientifiques utilisent des lunettes spéciales qui permettent de passer de la vision de gauche à celle de droite pour mieux comprendre le paysage, ce qui leur permet de conduire le véhicule en toute sécurité. Ce type de matériel nécessite toutefois des cartes graphiques avancées et des ordinateurs à haute performance. En d’autres termes, il n’est pas possible de l’emprunter au laboratoire et de l’emporter chez soi.

Les opérateurs ont eu recours à de simples lunettes 3D rouge-bleu, semblables à celles distribuées dans les cinémas, pour pouvoir lire les images sur leur propre ordinateur portable. Ce substitut de fortune n’est pas aussi immersif ou confortable que les lunettes, mais fonctionne suffisamment bien pour planifier les trajets.

Le vendredi 20 mars, trois jours après la fermeture du bureau, l’équipe de Curiosity a commandé avec succès le rover, toute l’équipe travaillant à distance. Quelques jours plus tard, après plusieurs tests et un entraînement complet, Curiosity a effectué une opération de forage sur une cible en grès appelée “Edimbourg” – le tout coordonné depuis le confort des maisons de l’équipe. “Le forage est toujours une étape importante pour nous”, a déclaré M. Vasavada, “puisque nous ne l’avons fait que 25 fois en 7 ans. C’est aussi le point culminant de ce que le rover peut faire, puisqu’il utilise son outil le plus sophistiqué et alimente ses instruments les plus perfectionnés en échantillons”.

Maintenir une communication interactive

Malgré l’importance de l’opération et les conditions expérimentales dans lesquelles le forage a été effectué, Vasavada a maintenu qu’il était confiant que la procédure se déroulerait bien, à condition que l’équipe ait un plan. “Même si nous forons sur Mars, nos problèmes sont très liés à la terre”, a-t-il déclaré. Qu’il s’agisse de connexions interrompues, de problèmes avec les boutons de mise en sourdine ou de problèmes de logiciel, les défis rencontrés par l’équipe de la NASA sont similaires à ceux auxquels beaucoup de gens sont confrontés de nos jours, a soutenu Vasavada.

Trouver des substituts à la communication humaine a été essentiel pour permettre la continuité des activités du projet Curiosity. Et il ne s’agit pas seulement de célébrer virtuellement le résultat d’opérations difficiles. Pour l’unité Mars de la NASA, qui travaille normalement dans un environnement de mission, avec des membres de l’équipe tous assis les uns à côté des autres, une communication hautement interactive est nécessaire au déroulement des activités quotidiennes.

“Nous avons dû beaucoup réfléchir à la manière de répartir cette communication entre les différents salons de discussion, sans perdre la cohésion de l’équipe entière”, a déclaré Ashwin Vasavada. La programmation de chaque séquence d’actions peut impliquer jusqu’à 20 personnes pour développer et tester les commandes. Lors d’une journée normale au JPL, tout le monde s’asseyait dans une pièce pour partager des écrans, des images et des données, et se parlait de l’autre côté de la pièce.

Les équipes travaillant désormais à domicile, les activités quotidiennes se déroulent par le biais de plusieurs vidéoconférences simultanées et d’une utilisation active des applications de messagerie. Le chef de l’équipe des opérations scientifiques de Curiosity, Carrie Bridge, a signalé qu’elle surveillait constamment environ 15 canaux de discussion, et qu’elle se rendait à quatre vidéoconférences distinctes en même temps, pour s’assurer que les lacunes en matière de communication étaient comblées.

“Mars ne s’arrête pas pour nous”, a déclaré Carrie Bridge. “Nous sommes toujours en train d’explorer.”

Source : ZDNet.com

Leave a Reply