Le variant « Delta Plus », nouvelle menace virale en Inde – Le Monde

Spread the love
Aux abords d’un marché à Siliguri, dans l’Etat indien du Bengale-Occidental, le 22 juin.

Le variant Delta du coronavirus inquiète la planète entière. Mais déjà, l’un de ses mutants crée la panique en Inde. Surnommé « Delta Plus » par la communauté scientifique, le B-1-617-2-1 aurait été repéré pour la première fois au mois d’avril dans l’Etat du Maharashtra, au centre du pays, là même où le variant Delta avait été découvert, en octobre 2020.

Vendredi 25 juin, les autorités de Bombay, capitale du Maharashtra, ont donné un coup de frein aux mesures de déconfinement qui se mettaient en place progressivement depuis le début du mois, après une deuxième vague de Covid-19 tragique en avril et en mai. Une personne de 80 ans atteinte par le Delta Plus venait de succomber dans la région de Ratnagiri, qui jouxte l’Etat touristique de Goa.

Lire notre décryptage : Ce que l’on sait de Delta, le variant du coronavirus qui préoccupe scientifiques et autorités

Les commerces « non essentiels » sont de nouveau tenus de garder porte close le week-end, dès lors que, localement, le taux de positivité des tests de dépistage, en moyenne sur sept jours, dépasse 5 %, ou que le taux d’occupation des lits d’hôpitaux équipés en oxygène dépasse 40 %. Le variant Delta Plus aurait été identifié à ce stade chez cinquante-cinq patients dans le sous-continent.

S’il préoccupe les autorités indiennes, c’est qu’il présente sur sa protéine Spike, celle qui permet au coronavirus de pénétrer dans les cellules humaines, la mutation d’acide aminé K417N, observée précédemment sur le variant Beta, identifié originellement en Afrique du Sud. « Or, le variant Beta est connu pour sa propension à l’évasion immunitaire », indique le ministère de la santé à Delhi. En clair, le Delta Plus est soupçonné d’être plus résistant aux anticorps que les autres, et notamment que sa souche originelle Delta.

Mesures « strictes et ciblées »

Lundi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné que le Delta Plus ne représentait actuellement « qu’une petite fraction des séquences Delta » identifiées par séquençage du génome du coronavirus prélevé chez des gens atteints de la maladie. Alors que 85 pays disent aujourd’hui être atteints par le Delta, onze indiquent avoir trouvé le Delta Plus sur leur territoire : à raison de quelques dizaines de cas, l’Inde, donc, mais aussi les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse, le Portugal et le Japon ; ou, en nombre négligeable, la Pologne, le Népal, la Russie, le Canada, et la Turquie.

« Pour l’instant, le Delta, comme d’autres variants considérés comme préoccupants, présente un risque plus élevé pour la santé publique car il a été démontré qu’il est plus contagieux », ajoute l’OMS, ce qui n’est pas le cas du Delta Plus. Mais en Inde, le gouvernement Modi ne l’entend pas de cette oreille. Sans doute échaudé par le déni dont il avait fait preuve face au variant Delta au cours des quatre premiers mois de 2021, laissant ainsi déferler une deuxième vague de Covid-19 dramatique, il a tiré le signal d’alarme le 25 juin, qualifiant le Delta Plus de « préoccupant » sans attendre que l’OMS le fasse.

Il vous reste 38.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply