Le syndicat mixte Megalis Bretagne hausse le ton face aux retards

Spread the love
Le syndicat mixte Megalis Bretagne hausse le ton face aux retards

Alors que la Bretagne vise un déploiement total du très haut débit via la fibre optique sur son territoire d’ici à 2026, le projet vient de connaître ses premières avaries. Outre le confinement et la crise sanitaire, le RIP Mégalis Bretagne doit également faire face à des retards accumulés par ses partenaires, à commencer par la filiale de Suez Safege, mais également Axione, Artelia/Orange et Snef. Alors que la phase 2 doit se conclure fin 2022, la phase 1 du projet de déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire breton accuse déjà deux années de retard.

Dont acte. Comme le faisait savoir ce mardi le Télégramme dans ses colonnes, le syndicat mixte, qui représente 1 233 communes bretonnes, vient ainsi d’infliger ses premières pénalités à ces entreprises, qui vont devoir débourser une somme totale estimée à 600 000 euros. Alors que les travaux des phases 2 et 3, confiées à Axione, souffrira d’un retard d’environ quatre mois du fait de la crise sanitaire, Megalis Bretagne devrait en outre débloquer huit millions d’euros de crédits complémentaires en 2020.

publicité

La filiale de Bouygues, Axione, a de son côté annoncé la création de 350 emplois supplémentaires pour venir à bout de ce chantier de couverture totale de la Bretagne en fibre optique, dont l’échéance reste fixée à 2026. A noter que face au retard pris dans les départements des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine, le syndicat mixte vient de lancer un nouvel appel d’offres pour sélectionner des entreprises de travaux « pleinement opérationnelles » au 1er janvier 2021 et portant sur 15 000 prises à construire.

Leave a Reply