Pour percer à jour certains mystères de l’Univers et de la physique, les moyens techniques mis en œuvre sont généralement très importants. La physique des particules a notamment permis de découvrir des choses exceptionnelles. Mais pour faire mieux, il faut aller plus loin. C’est ce que propose le projet FCC, qui a dévoilé un gigantesque accélérateur de particules.

Le projet FCC dévoile un énorme accélérateur de particules

Tout porte à croire qu’un nouvel accélérateur de particules verra le jour à la frontière franco-suisse. C’est ce que laisse penser une nouvelle publication en date du 15 janvier, faisant état de l’étude de conception d’un collisionneur circulaire. Celui-ci serait hors-norme, puisqu’il serait plus grand et plus puissant que le Grand collisionneur de hadrons (LHC) actuel.

Mais il faudra patienter avant que ce projet FCC (Futur collisionneur circulaire) voit le jour, puisque l’on parle de 2040. Un anneau souterrain de 100 km serait ainsi construit entre la France et la Suisse, soit quatre fois plus long que le LHC.

La puissance aussi serait plus importante, puisque l’on parle « [d’] une énergie allant jusqu’à 100 téraélectronvolts (TeV) ». Cet appareil permettra aux scientifiques un accès « à des échelles d’énergie sans précédent et d’y chercher de nouvelles particules massives, ce qui ouvrirait de multiples perspectives pour des grandes découvertes ».

Un projet dévoilé par le CERN

Mais ce n’est pas tout, puisqu’il sera aussi possible d’observer « l’état où se trouvait la matière dans l’Univers primordial ». Ce projet est soutenu par la Commission européenne, qui mobilisera de nombreux chercheurs.

Le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) note ainsi que « ce collisionneur servirait la communauté de physique du monde entier pendant 15 à 20 ans ». Un autre projet, plus hypothétique, est aussi dans les tuyaux, et concernerait la conception d’une machine supraconductrice.

Le CERN indique que tels projets vont « inspirer de nouveaux concepts, des innovations et des technologies d’avant-garde qui profiteront à d’autres disciplines de recherche et pourront déboucher sur de nombreuses applications, lesquelles ont un impact considérable sur l’économie de la connaissance et la société ».

Let a comment