Le premier ordinateur quantique de bureau est disponible, et il coûte une fortune

Spread the love

Deux iMac. Voilà à quelques dollars près la valeur du tout premier ordinateur quantique de bureau. Annoncé par la start-up chinoise SpinQ, basée à Shenzen, le Gemini (c’est son nom) n’a pas la prétention de rivaliser avec les machines à plusieurs millions de dollars développées par Google ou IBM.

Avec cette machine de bureau, SpinQ souhaite plutôt aider à comprendre comment fonctionnent les ordinateurs quantiques. La start-up vise donc le marché des écoles et universités aux budgets confortables, le Gemini coûtant tout de même la bagatelle de 5000 dollars.

L’ordinateur quantique, qu’est-ce que c’est ?

Dans les années à venir, les ordinateurs quantiques remplaceront nos PC actuels. Alors que ces derniers s’appuient sur des bits pour effectuer leurs tâches, les machines quantiques utilisent des qubits améliorant considérablement leur puissance de calcul.

Les machines monstrueuses de Google ou IBM – occupant plusieurs dizaines de mètres carrés et coûtant plusieurs millions de dollars – embarquent environ soixante qubits. Le Gemini, lui, doit se contenter de deux qubits et être relié à un PC classique pour fonctionner.

La machine développée par SpinQ n’utilise pas exactement les mêmes technologies que celles des ordinateurs quantiques surpuissants. Le Gemini a recourt à la résonance magnétique nucléaire, technique déjà utilisée en médecine, dans les IRM par exemple.

Les premiers ordinateurs quantiques – construits dans les années 90 – avaient aussi recourt à cette technologie. Mais elle s’accompagnait de puissants aimants supraconducteurs devant être refroidis à l’hélium liquide, indique Discover Magazine. Les ingénieurs ont alors logiquement abandonné cette méthode.

Pour ne pas s’encombrer d’un tel dispositif, SpinQ a donc remplacé les aimants supraconducteurs par des aimants permanents moins puissants mais tout de même capables de reproduire des champs magnétiques de dizaines de milliers de fois plus forts que le champ magnétique terrestre.

Problème : ce procédé limite la puissance maximale de l’ordinateur à 15 qubits, bien trop peu pour remplacer un PC classique performant. Le Gemini est donc un bel outil pour étudier le fonctionnement d’un ordinateur quantique, rien d’autre. À 5000 euros, la facture reste salée. D’autant que Microsoft propose un kit de développement simulant le fonctionnement d’un ordinateur quantique. Il est déjà disponible et gratuit.

Leave a Reply