Le point sur la pandémie de Covid-19 : l’OMS s’attend à une remontée du nombre de morts en Europe cet automne – Le Monde

Spread the love

« Cela va devenir plus dur. En octobre, en novembre, on va voir une mortalité plus élevée ». Le directeur de la branche européenne de l’Organisation mondiale de la santé n’est pas optimiste pour les mois à venir ; dans un entretien accordé à l’Agence France-Presse (AFP), lundi 14 septembre, Hans Kluge, anticipe une hausse à venir du nombre de morts quotidiens, due à la reprise de l’épidémie en Europe.

« On est à un moment où les pays n’ont pas envie d’entendre ce genre de mauvaises nouvelles, et je comprends », affirme Hans Kluge, qui veut adresser « le message positif » que la pandémie « va s’arrêter, à un moment ou à un autre ».

L’OMS Europe réunit lundi et mardi l’ensemble de sa cinquantaine d’Etats membres pour échanger sur la réponse à apporter à la pandémie et s’accorder sur sa stratégie quinquennale.

  • Questions sur l’efficacité du vaccin

Le haut responsable onusien, basé à Copenhague, met en garde ceux qui pensent que la fin de l’épidémie coïncidera avec la mise au point d’un vaccin, toujours en cours. « Nous ne savons même pas si le vaccin va être efficace dans toutes les parties de la population. Certains signes que nous recevons est qu’il sera efficace pour certains mais pas pour d’autres », souligne le médecin belge. « Et si, du coup, nous devons commander des vaccins différents, quel cauchemar logistique… », a également averti M. Kluge.

« La fin de cette pandémie, ce sera au moment où, en tant que communauté, nous aurons appris à vivre avec cette pandémie. Et ça, ça dépend de nous. C’est un message très positif », a-t-il affirmé.

Le nombre de cas en Europe remonte nettement depuis plusieurs semaines, notamment en Espagne et en France. Vendredi, plus de 51 000 nouveaux cas ont été rapportés pour cette seule journée dans les 55 pays de l’OMS Europe, plus que les pics observés en avril, selon les données publiques de l’organisation.

Dans le même temps, le nombre de morts quotidiens reste pour l’instant au niveau observé depuis le début de juin, autour de 400 à 500 morts liés au Covid-19, selon la même source.

  • La deuxième vague en Israël, en Autriche, au Royaume-Uni

Redoutée dans le monde entier, la deuxième vague de la pandémie a pris de la consistance : le terme a été officiellement employé en Autriche, Israël a décidé de se confiner à nouveau et une stricte limitation de rassemblement entre en vigueur lundi en Angleterre.

En Israël, le taux d’infection dans le pays est à la hausse avec actuellement 153 217 cas de Covid-19, dont 1 103 décès, pour une population de 9 millions d’habitants. Selon les données collectées par l’AFP, l’Etat hébreu est le 2e pays au monde ayant enregistré le plus de cas de nouveau coronavirus par habitant au cours des deux dernières semaines après Bahreïn. Il est du coup devenu dimanche soir le premier pays fortement affecté par le coronavirus à réimposer un confinement national, d’au moins trois semaines.

Le confinement entrera en vigueur à partir de vendredi pour la fête de Roch Hashana (Nouvel An juif), se poursuivra pendant Yom Kippour et se terminera au dernier jour de Soukkot, vers le 9 octobre, ont précisé les autorités.

L’Autriche a enregistré samedi près de 870 nouveaux cas, dont plus de la moitié à Vienne. Pour son chancelier, Sebastian Kurz, le pays est « au début de la seconde vague » et dépassera bientôt les 1 000 nouveaux cas par jour. Il a appelé la population à respecter strictement les mesures antivirus et à réduire au maximum les contacts. A partir de lundi, les masques, déjà obligatoires dans les supermarchés et les transports, le seront dans tous les magasins et tous les bâtiments publics.

La deuxième vague déferle aussi au Royaume-Uni : plus de 3 500 nouveaux cas de Covid-19 avaient été enregistrés dans le pays vendredi, selon les chiffres du gouvernement, soit le plus mauvais bilan quotidien depuis le 17 mai. Et le taux de reproduction (dit « R ») se situe désormais entre 1 et 1,2, soit au-dessus du niveau entraînant une accélération des contaminations.

  • Rentrée scolaire en Italie

En Italie, quelque 5,6 millions d’élèves ont repris le chemin de l’école, après six mois de fermeture des écoles, mais au milieu de strictes mesures : il y aura mise en quarantaine immédiate de ceux qui ont été « en contact étroit » avec tout élève ou enseignant positif au test du Covid-19.

Cette rentrée se fait sous le signe des gestes barrières : la distanciation, avec 5 000 nouvelles salles de classe créées et près de 5 000 anciennes agrandies, le lavage des mains, avec 170 000 litres de gel hydroalcoolique par semaine promis par le gouvernement, et le port du masque, avec la fourniture gracieuse quotidienne de quelque 11 millions de masques aux enseignants et aux élèves.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply