Le point commun entre les voitures et les cartes graphiques ? La pénurie de composants

Spread the love
Le point commun entre les voitures et les cartes graphiques ? La pénurie de composants

Le début d’année 2021 est marqué par une très forte pénurie de composants informatiques et électroniques, et cela se voit dans deux secteurs phares : le matériel informatique et… les voitures. Chez Nvidia, ce sont des gammes entières de cartes graphiques (GeForce RTX 3060 Ti, 3070, 3080 ou 3090) qui viennent à manquer.

« La chance d’obtenir une RTX 3080, en particulier dans le cadre d’une nouvelle commande, est pratiquement nulle », expliquait récemment le distributeur européen de produits Nvidia Alternate, qui opère notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique, selon le site TekDeeps. « Les RT 3070 et RTX 3090 arriveront au compte-gouttes. Les chances de disponibilité de la RTX 3060 Ti sont également très faibles. L’offre est également très pauvre en ce qui concerne les précédentes générations de cartes GTX. »

Une situation qui s’explique à la fois par une très forte demande, une pénurie de composants, mais aussi par l’explosion de l’activité des mineurs de cryptomonnaies, du fait de l’appréciation globale de ces monnaies virtuelles (lire : “L’explosion du cours du Bitcoin pourrait mettre une grande pression sur la demande de GPU Nvidia et AMD”). La conséquence de cette pénurie est l’explosion des prix de ces cartes, utilisées également pour réaliser des travaux d’intelligence artificielle.

publicité

Les usines de Stellantis sont restées à l’arrêt samedi à Rennes et Sochaux

Du côté des chaînes d’assemblage aussi, la pénurie se fait sérieusement sentir. En France, les représentants de l’automobile et de la filière électronique étaient reçus par les services de l’Etat ce mercredi sur le sujet du manque de puces électroniques qui perturbe la production des voitures dans les usines des constructeurs du monde entier, rapporte France Bleu.

De ce fait, les usines de Stellantis (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Fiat-Chrysler) sont restées à l’arrêt samedi à Rennes et Sochaux. Des sites européens de Renault ont également commencé à être affectés. Et cette pénurie est mondiale. Ford réduit la production de son pickup F-150. General Motors suspend la production de trois usines, aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique. En Chine, certains sites ont décidé de fermer jusqu’à 14 jours. En Allemagne, Volkswagen a interrompu en janvier des lignes de production à Wolfsburg et à Emden.

En creux, cela montre a quel point les véhicules actuels embarquent un nombre toujours plus important de composants électroniques, dans les ordinateurs de bord, les ABS, les airbags, les GPS, ou encore le verrouillage des portes.

Retarder la production de 672 000 voitures au premier semestre

Les analystes du secteur jugent que la pandémie a provoqué une augmentation des besoins en puces électroniques. Les achats d’ordinateurs ont explosé, mais aussi celles de téléviseurs, de smartphones ou encore du petit électroménager.

Il semble que l’automobile est particulièrement touchée par la pénurie en raison de son système d’approvisionnement à flux tendu. Au début de la crise, les constructeurs automobiles avaient réduit leurs commandes auprès des fabricants de puces asiatiques. Ces derniers se sont alors tournés vers d’autres secteurs. Cette pénurie pourrait retarder la production de 672 000 voitures au premier semestre, notamment en Chine et en Europe, indique le cabinet IHS Markit.

L’appréciation des prix des semi-conducteurs fait aussi le bonheur de certains. Dès juillet dernier, Samsung appuyait ses résultats financiers sur l’explosion du prix des semi-conducteurs.

En 1999, le boom de la téléphonie mobile avait déjà provoqué un manque de composants.

Leave a Reply