Le passe sanitaire dans les centres commerciaux suspendu dans les Hauts-de-Seine et le Haut-Rhin – Le Monde

Spread the love

Le passe sanitaire continue d’être contesté par les centres commerciaux français. Sa mise en place dans des dizaines de grands centres, contestée par la profession qui se plaint d’une forte baisse de la fréquentation, a été suspendue, mardi 31 août, dans un nouveau département de la banlieue parisienne, après plusieurs décisions similaires ailleurs.

Après les Yvelines et l’Essonne en Ile-de-France, le tribunal administratif des Hauts-de-Seine a suspendu, mardi, l’arrêté préfectoral qui avait imposé le passe dans deux grandes surfaces de ce département limitrophe de Paris, au motif qu’il empêchait l’accès des personnes à des biens et services de première nécessité. Le passe a également été suspendu dans le Haut-Rhin.

Une suspension a aussi été demandée dans la capitale ; une audience est prévue mardi au tribunal administratif de Paris. Le passe reste, en revanche, exigé dans tous les autres lieux où il s’applique depuis le 9 août : restaurants, bars, cinémas, trains longue distance…

Lire aussi : Le passe sanitaire à l’heure des comptes

Demande de suspension nationale

Le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) demande sa suspension nationale pour les grandes surfaces, jugeant cette mesure « inéquitable pour toutes les familles », « discriminatoire puisque les autres formes de commerce n’y sont pas soumises » et « superflue » en raison du protocole sanitaire toujours en vigueur dans les commerces.

Il évoque « une chute d’un quart de la fréquentation dans l’ensemble des centres commerciaux », « non seulement [dans] les grands centres commerciaux métropolitains soumis au contrôle du passe sanitaire dans lesquels elle atteint 30 % à 40 % mais également [dans] tous les centres dans l’ensemble des territoires ».

« La confusion est totale dans l’esprit de nos concitoyens, entre la question des plus de 20 000 mètres carrés, celle du taux d’incidence, les endroits où le taux est bas et où les arrêtés ne sont pas retirés, les départements où les arrêtés ont été suspendus », regrettait, lundi, le délégué général du CNCC, Gontran Thüring. « L’incertitude est l’ennemi de la confiance et de la consommation. »

A la demande du gouvernement, de nombreux préfets avaient commencé, le 16 août, à imposer le passe sanitaire pour les surfaces de plus de 20 000 m2 dans les départements où le taux d’incidence de l’épidémie dépassait les 200 pour 100 000 habitants sur une semaine.

La France sur le chemin du retour à la « vie normale »

La France est sur « le bon chemin » d’un retour à la « vie normale », grâce notamment aux bons chiffres de la vaccination, a, par ailleurs, estimé, mardi, Jean Castex, tout en avertissant qu’il y avait « encore du travail » à accomplir. « Les choses vont dans le bon sens », a observé le premier ministre, en visite mardi à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) dans un centre de vaccination mobile.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Passe sanitaire à l’hôpital : « Il a fallu gérer les gens qui ne comprennent pas, les frustrations, l’énervement »

« Oui, on est sur le bon chemin, car l’on connaît l’origine du bon chemin, c’est la vaccination », a-t-il poursuivi, alors qu’environ 48,5 millions de Français avaient reçu au moins une dose à date de lundi, et 43,9 millions, soit 65,1 % de la population, étaient considérés comme complètement vaccinés. Lundi, le président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale Alain Fischer avait estimé sur BFM-TV que la France n’était « pas très loin du retour à une vie proche de la normale »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply