Le parti Les Républicains fait sa rentrée, François Baroin toujours aussi évasif sur ses ambitions présidentielles – Le Monde

Spread the love
Rentrée du parti Les Républicains, samedi 5 septembre, au Port-Marly (Yvelines).

Drôle de journée que cette rentrée du parti Les Républicains, samedi 5 septembre, au Port-Marly (Yvelines). Après le soleil qui a éclairé les réunions du premier jour, c’est un ciel mitigé qui a accueilli les cadres et jeunes militants venus écouter celui sur lequel ils avaient beaucoup misé : François Baroin. Le maire de Troyes a en effet participé à une table ronde suivie d’une séance de questions/réponses avec les jeunes militants invités. Une assistance fébrile qui n’attendait qu’une chose, que celui que la direction du parti souhaite mettre sur orbite en vue de l’élection présidentielle de 2022 donne sa réponse : sera-t-il oui ou non candidat à l’élection présidentielle ?

C’est que la veille au soir, au moment où certains jouaient à la pétanque au sein du complexe sportif Les Pyramides de Port-Marly, un article du Figaro a semé le trouble dans les esprits. Le quotidien y affirme que le maire de Troyes aurait pris la décision de ne pas représenter son parti lors du scrutin de 2022.

La question, brûlante, est intervenue assez vite. Comme attendu, François Baroin a refusé d’y répondre, renvoyant à une clarification de ses intentions avant la fin de l’automne.

« Si nous sommes en convalescence, nous sommes au lendemain d’une belle victoire. Si nous sommes ici entre nous à partager nos valeurs, on ne fait pas abstraction de ce qui se passe dans le pays : je n’ai pas croisé une seule personne à Troyes qui s’intéresse à cette question. On me parle de l’avenir à six mois ou un an mais pas de la présidentielle », balaye-t-il. « Je le ferai en temps et en heure et en responsabilité avec la passion de la famille, du pays, pour être un facteur d’union et pas de divisions », a-t-il ajouté. Une réponse qui a suscité une salve d’applaudissements nourrie dans une salle complètement acquise à son orateur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il est à la croisée des chemins » : François Baroin, l’éternel présidentiable

Une inquiétude palpable

Plus tôt lors de son intervention, en rendant hommage à Antoine Rufenacht, l’ancien maire du Havre décédé samedi, M. Baroin a précisé que les chiraquiens aimaient la pression. Façon de répondre à ceux qui estiment que le poids exercé sur lui par les uns et les autres n’était plus supportable.

Il n’empêche, ceux qui voulaient une réponse définitive repasseront. Derrière les sourires de circonstance, l’inquiétude était palpable chez les cadres qui depuis le début soutiennent l’hypothèse Baroin. Et voulaient surtout faire de cet événement la démonstration que le parti, en reconstruction après sa double défaite à l’élection présidentielle de 2017 et aux européennes de 2019, est capable de réunir une jeunesse mobilisée.

Il vous reste 45.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply