Le numéro deux de LREM claque la porte et invite toute la direction du mouvement à l’imiter – Le Figaro

Spread the love

Le dernier étage de la fusée. Avec un changement de visages à Matignon, au gouvernement, et au groupe LREM à l’Assemblée, la majorité a connu un vaste remaniement ces dernières semaines. Seul le parti avait jusqu’à présent résisté à cette «réinvention» prônée par Emmanuel Macron, pour sortir de la double-crise sanitaire et économique, et affronter les 18 derniers mois de son mandat. Ça n’est désormais plus le cas.

Dans une interview au Monde , le numéro deux de La République en marche, Pierre Person, a annoncé qu’il allait «démissionner de (ses) fonctions à la direction» du mouvement, «pour donner un nouveau souffle au parti». «Le mouvement est resté dans sa logique de 2017, qui était de porter le projet présidentiel. Mais il ne produit plus d’idées nouvelles. Le travail dans ce domaine est insuffisant», assène-t-il, estimant que LREM n’est, «en l’état actuel», pas «en mesure d’affronter (la) nouvelle étape du quinquennat».

«Le sujet n’est pas personnel mais politique»

Issu des rangs de la gauche, le député de Paris digère mal, même s’il ne l’avoue qu’à demi-mot, la récente droitisation de l’écosystème macroniste. «Le dépassement, ce n’est pas l’effacement. La promesse originelle était de dépasser les clivages, pas d’effacer nos différences. En ce sens, notre unité ne doit pas se résumer à l’unanimité ou à une synthèse molle», déplore-t-il. Il affirme cependant que son départ «n’est en aucune façon un caprice personnel», car il «avait la garantie de pouvoir rester numéro deux».

Marcheur de la première heure, Pierre Person avait envisagé, en novembre 2018, de briguer la tête de LREM contre Stanislas Guerini. En pleine crise des «gilets jaunes», il avait à l’époque retiré sa candidature «dans l’intérêt» du mouvement. Résultat, même si son ex-concurrent – devenu patron du parti – présente certes «de grandes qualités humaines et managériales», il considère aujourd’hui que «le sujet n’est pas personnel mais politique». «Je me suis heurté à une organisation trop repliée sur elle-même et qui ne tient pas assez compte de ses ‘marcheurs’, de ses élus locaux ou de ses parlementaires», lâche-t-il.

Une rupture mais pas un divorce

En conséquence, Pierre Person «invite tous ceux qui veulent bâtir les succès de demain à quitter eux aussi leurs fonctions à la tête du parti pour écrire une nouvelle page». En clair, il les appelle à démissionner. «Une simple réorganisation de la direction est prévue, lundi soir, lors d’une réunion du bureau exécutif. Cela montre bien que le parti n’a pas pris la mesure de la situation», déplore-t-il, confirmant ainsi une information révélée par L’Obs la semaine dernière.

Avant de redevenir «un militant parmi les militants», Pierre Person siégera une dernière fois au Bureau exécutif du mouvement prévu ce lundi soir. L’occasion pour lui d’adresser un dernier message à ses collègues. Cet au revoir ne sera toutefois pas un adieu : l’élu de la capitale affirme qu’il «reste évidemment membre du groupe parlementaire» LREM à l’Assemblée nationale. Et il certifie qu’il fera campagne pour Emmanuel Macron en 2022 : «La raison de mon engagement dans ce mouvement, c’est la vision qu’il porte depuis 2017. Je serai à ses côtés pour tous ses combats». Une rupture mais pas un divorce.

À VOIR AUSSI – Remaniement: un gouvernement de droite?

Leave a Reply