Le leader de Samsung, en liberté conditionnelle, sera libéré vendredi

Spread the love
Le leader de Samsung, en liberté conditionnelle, sera libéré vendredi

Le ministère sud-coréen de la Justice a décidé lundi d’accorder la liberté conditionnelle à Lee Jae-yong à l’issue d’une réunion du comité qui s’est tenue avant le jour férié de la libération du pays, le 15 août.

À l’occasion de cette fête, la Corée du Sud examine et accorde des libérations conditionnelles ou des grâces pour les prisonniers, parmi lesquels figurent parfois des hommes politiques et des personnes impliquées dans des affaires très médiatisées.

Le ministre de la Justice, Park Beom-kye, a déclaré lors d’un briefing que la décision d’inclure le vice président de Samsung Electronics comme candidat à une libération anticipée avait été prise à la lumière de l’impact de la pandémie prolongée de Covid-19 sur l’économie nationale et mondiale. Le ministre de la Justice a également indiqué que le comité de libération conditionnelle a pris sa décision après avoir examiné « l’atmosphère sociale actuelle de la Corée du Sud ainsi que son attitude et son comportement pendant son incarcération ».

Le dirigeant de Samsung Electronics était l’un des 1057 candidats à la libération conditionnelle cette année, à l’occasion de la fête de la Libération.

publicité

Un second procès en attente

Il a été condamné en janvier dernier à deux ans et demi de prison par la Haute Cour de Séoul après avoir été reconnu coupable d’avoir soudoyé l’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye afin qu’il l’aide pour obtenir le soutien du gouvernement en vue d’une fusion entre deux filiales de Samsung, ce qui a accru son contrôle sur le conglomérat.

Lee Jae-yong a été emprisonné une première fois en 2017 après avoir été condamné pour les mêmes charges par un tribunal de district. Il a été libéré l’année suivante après qu’une cour d’appel lui a infligé une peine de deux ans et demi avec sursis.

Cependant, en 2019, la Cour suprême a ordonné la tenue d’un nouveau procès, affirmant que la cour d’appel avait écarté certaines preuves et accusations clés contre Lee Jae-yong. Le dirigeant de Samsung a été emprisonné à nouveau à l’issue de ce nouveau procès, en janvier de cette année.

Bien que Lee Jae-yong ait été libéré, il fait toujours l’objet d’un procès distinct pour une manipulation présumée du cours des actions impliquant les deux filiales de Samsung. En avril, Samsung a annoncé que Lee Jae-yong et d’autres membres de la famille du défunt président de Samsung, Lee Kun-hee, paieraient plus de 12 000 milliards de wons, soit environ 8,8 milliards d’euros, en impôts liés à l’héritage. La famille paiera la totalité de la somme sur une période de cinq ans, en six versements.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply