Le Japon se penche sur la faisabilité des monnaies virtuelles

Spread the love
Le Japon se penche sur la faisabilité des monnaies virtuelles

Après la Chine, le Japon commence à son tour à se pencher sur la faisabilité des monnaies virtuelles, dont l’idée fait désormais florès à travers le monde. La Banque du Japon aurait en effet l’intention de commencer à expérimenter des versions numériques de la monnaie japonaise, le yen, pour tester la faisabilité de devises virtuelles.

A cet effet, l’organisme bancaire vient de publier un rapport dédié qui relève que les prochaines expériences avec une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) pourraient fournir une alternative au yen traditionnel.

La banque centrale japonaise ne prévoit pas pour l’instant d’émettre une monnaie numérique, mais affirme être prête à explorer le concept en raison de l’utilisation accrue des paiements numériques, potentiellement adoptés à un rythme plus élevé que prévu en raison de la pandémie et du passage de nombreux vendeurs à des transactions sans contact ou par carte. La Banque du Japon veut faire des recherches sur deux domaines spécifiques qui, selon l’institution financière, sont les principaux obstacles à l’adoption de la monnaie numérique : la résilience et l’accès.

publicité

Une avancée prudente

La résilience est liée à des scénarios tels que la perte d’électricité ou d’accès aux systèmes informatiques – un concept important dans un pays qui fait régulièrement l’objet de catastrophes naturelles. S’il n’y a pas de moyen d’accéder à une monnaie lorsque les systèmes sont en panne, cela pourrait être économiquement préjudiciable.

En outre, un passage complet aux monnaies numériques pourrait être une catastrophe pour certaines franges de la population la moins connectée, comme les personnes âgées, qui ont besoin d’utiliser des espèces pour leurs transactions et pourraient ne plus être en mesure d’accéder à leurs économies. La publication économique Nikkei estime qu’en 2018, et contrairement aux idées reçues, seuls 65 % des citoyens japonais possédaient un smartphone.

Par conséquent, la banque japonaise doit non seulement trouver une monnaie numérique viable qui puisse être utilisée à grande échelle, mais aussi une monnaie qui soit accessible hors ligne, dans n’importe quel environnement et qui ne nécessite pas nécessairement l’utilisation d’un appareil mobile.

La date de lancement de ces expérimentations n’a pas encore été annoncée, mais la banque a l’intention de travailler bientôt avec d’autres institutions financières et entreprises technologiques pour trouver une solution équilibrée. En particulier, les paiements hors ligne qui n’encouragent ni n’exacerbent la fraude sont un sujet d’intérêt. L’annonce du Japon fait suite à celle de la Chine, un pays qui a déjà commencé à tester sa propre monnaie virtuelle. Considéré comme un rival potentiel du dollar américain, Pékin a l’intention de tester sa cryptomonnaie à Shenzhen, Chengdu, Suzhou et Pékin.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply