Le gouvernement renonce à la réduction controversée d’une aide pour les seniors – Le Monde

Spread the love

Le gouvernement avait l’intention de supprimer l’exonération fiscale accordée aux personnes âgées non dépendantes lorsqu’elles emploient une aide à domicile. Edouard Philippe a annoncé l’abandon du projet.

Publié aujourd’hui à 15h38, mis à jour à 17h56

Temps de Lecture 1 min.

Devant la polémique, le gouvernement a préféré reculer. Mercredi 24 septembre, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé l’abandon du projet de suppression de l’exonération fiscale accordée aux personnes âgées non dépendantes quand elles emploient une aide à domicile, largement contesté dans la majorité. « J’ai demandé à la ministre du travail de renoncer à cette mesure », a expliqué Edouard Philippe devant l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement. « Je veux donc rassurer les professionnels et les employeurs : ces mesures n’entreront pas en vigueur », a-t-il ajouté.

Après la vague de désapprobation que l’idée avait suscitée, le premier ministre a reconnu que « cette décision aurait mérité une concertation beaucoup plus approfondie », égratignant au passage la ministre du travail, Muriel Pénicaud, qui en était à l’origine. L’annonce de cette mesure ne correspondait pas « aux conditions qui sont conformes à ce que je fixe comme objectif et ce que je veux suivre comme méthode s’agissant de l’acte II du quinquennat », a-t-il déclaré.

« S’en prendre aux aînés, c’est électoralement dangereux »

La porte-parole du gouvernement avait pourtant justifié le choix de l’exécutif, lundi matin sur LCI :

« Nous souhaitons au final recentrer les choses pour que les aides, quand elles existent, s’adressent aux personnes qui en ont le plus besoin. »

Elle avait aussi rejeté les accusations d’opposants dénonçant une « politique anti-vieux » de la part du gouvernement sur les réseaux sociaux.

Les retraités ont été plusieurs fois mis à contribution depuis le début du quinquennat avec la hausse de la CSG ou la revalorisation de la retraite à un rythme inférieur à celui de l’inflation. Même dans le camp de l’exécutif, des députés ont émis des doutes, à l’instar de Benoît Simian, qui avait estimé sur Twitter que « s’en prendre aux aînés, c’est moralement contestable et électoralement dangereux ». Les seniors avaient en effet été nombreux à accorder leur suffrage à Emmanuel Macron en 2017.

L’annonce aurait dû permettre une économie de 115 millions d’euros en 2020, d’après la ministre du travail, Muriel Pénicaud qui « fera parvenir rapidement d’autres propositions qui seront soumises à concertation avec les parlementaires et avec les secteurs concernés », d’après le premier ministre.

Lire : Vers un coup de rabot sur une niche sociale en faveur des seniors

Leave a Reply